Bruxelles Mobilité

Le projet prévoit la suppression du parking Delta de même que la démolition de l'hypermarché Carrefour. Les travaux commenceront du côté du boulevard Léonard.

Le plan d'aménagement directeur Hermann-Debroux/Delta a été présenté mardi soir au centre culturel d'Auderghem. 500 personnes ont assisté à la présentation de ce vaste projet qui vise à créer un boulevard urbain en lieu et place de l'actuel viaduc Hermann-Debroux.

Actuellement, 23 000 véhicules entrent et sortent par Auderghem. A terme, l'objectif est de faire baisser de moitié le nombre de véhicules, pour atteindre 12 000. "Il y a toujours des gens hostiles à tout changement et qui ne peuvent pas imaginer que dans la ville de demain, il y ait la nécessité d'avoir moins de 23 000 véhicules entrants. Ils sont incapables de se projeter dans l'avenir et d'envisager des changements de mobilité", explique Didier Gosuin, bourgmestre d'Auderghem.

Mais pour que ce projet aboutisse, une concertation entre les trois régions est indispensable. "Ce projet n'a de sens que s'il y a du côté de la région wallonne, de la Flandre et du fédéral une prise en considération d'efforts collectifs à entreprendre pour améliorer l'offre de transports en commun, de créer des parkings de dissuasion aux abords des gares et de finaliser enfin le RER", poursuit l'élu Défi

Des minis-chantiers pendant 12 ans

Lors de la présentation de mardi soir, perspective.brussels a annoncé que le chantier durera 12 ans. Un propos que tient à tempérer le mayeur auderghemois qui souhaite rassurer les commerçants et riverains. "Ce chantier ne va pas se réaliser en une fois ! On parle ici d'une multiplicité de petits chantiers qui, chacun, ne dureront pas plus de 2 ans. Il n'y aura donc pas de perturbation pour les commercants vu qu'il n'y aura aucune intervention de leurs activités."

Les travaux commenceront du côté du carrefour Léonard. "Le fait de commencer le chantier de ce côté là et non depuis Delta va de facto limiter la capacité d'entrée et il n'y aura donc pas d'impact négatif pour les habitants. Si on commençait par Delta, on aurait toujours eu 23 000 véhicules qui rentreraient via Auderghem et qui s'éclateraient dans les rues résidentielles. Nous avons donc rassuré les riverains en affirmant que le chantier devait impérativement débuter depuis le carrefour Léonard."

Une situation qui va irrémédiablement engendrer des files jusqu'à Jezus-Eik, ce dont est bien conscient Didier Gosuin. "C'est possible, mais je compte sur l'intelligence de la Région wallonne et du fédéral pour travailler de concert avec la Région bruxelloise."

L'hypermarché Carrefour sera démoli

Par ailleurs, un parking de dissuasion de 1500 places verra le jour près du centre sportif de la forêt de Soignes (Adeps). L'actuel parking situé à Delta sera lui urbanisé. "On va y créer du logement, des bureaux. bpost lorgne également sur ce site pour y établir certaines de ses activités. Nous allons également recentrer certaines activités de Bruxelles-Propreté qui se trouvent actuellement du côté du boulevard du Triomphe. Cet espace libéré permettra d'y créer du logement. Il n'y aura pas d'impact pour le dépôt Delta de la Stib qui sera, lui, agrandi."

Pour compenser l'absence de métro, l'actuelle ligne de tram 8 sera elle détournée jusqu'à l'Adeps.

L'hypermarché Carrefour sera lui démoli et reconstruit à une moindre échelle. "Le concept d'hyper Carrefour est dépassé. Avec le développement de l'e-commerce, Carrefour doit de toute façon réorienter sa politique commerciale et réduire sa surface. Actuellement, cette surface n'est que du macadam pour bagnoles. Cela va changer à l'avenir et il y aura un parc public et du logement, mais toujours des places de stationnement prévues pour les automobilistes." 

Reste la question du planning...

"Je suis assez lucide. Avant de lancer le chantier; il y a encore toute une série d’étapes administratives préalables qui doivent être réalisées. Dès le moment où le PAD sera approuvé, il faudra le décliner en sous-permis avec des sous-études d’incidence. Tout cela va prendre énormément de temps. Il est impossible pour la Région de mobiliser des moyens financiers sous cette législature tant que la Région se concentre sur le chantier du métro nord qui nécessite tous les moyens financiers. Les travaux ne démarreront donc pas avant 2030", explique-t-il.

"Je suis peut etre pessimiste mais quand je suis devenu ministre en 1989 on avait promis le RER pour 2002…"