64 km/h au lieu de 30. L'excès de vitesse est indéniable mais l'automobiliste en cause a obtenu gain de cause devant le tribunal de police francophone de Bruxelles. Les faits se sont déroulés à Schaerbeek, rue Royale Sainte-Marie. La Ville 30 n'était pas encore d'application à Bruxelles mais la commune avait déjà placé la majorité de ses voiries en zone 30.

Selon le juge, cette décision schaerbeekoise est "abusive, en l'absence de prise en compte des situations concrètes de chaque artère". Il rappelle ainsi que "la mise d'une artère en règlementation zone 30 nécessite l'existence d'un danger". Une décision qui remettrait en cause le passage de la capitale en Ville 30 selon RTL.

Mais pour Bruxelles Mobilité, ce jugement ne s'applique pas à la nouvelle législation bruxelloise. "Cette décision de justice concerne une infraction antérieure à la mise en œuvre de la Ville 30 à Bruxelles. Il n'aura a priori pas d'impact sur celle-ci car la base réglementaire est aujourd'hui complètement différente. On ne parle pas à Bruxelles d'une "zone 30 élargie" : l'année passée, le législateur a modifié le Code de la route pour faire baisser la vitesse en agglomération dans la capitale à 30 km/h (précédemment 50 km/h), sauf exceptions. Ceci est clair et laisse peu de place à l'interprétation", explique Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles Mobilité.

De son côté, la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen) ne souhaite pas faire de commentaire, une conférence de presse sur la Ville 30 étant organisée ce lundi.