Une Barrière de Saint-Gilles libérée des voitures, avec des enfants qui jouent autour de la statue de la Porteuse d’eau, des plantations partout autour et des terrasses élargies. Voici à quoi pourrait ressembler la Barrière de Saint-Gilles selon l’ASBL Café Filtré, qui réalise depuis 2018 des projections de ce à quoi pourrait ressembler la ville apaisée du futur.

"Nous sommes des architectes-urbanistes et nous avons décidé de faire un focus sur le réaménagement de la Barrière de Saint-Gilles", explique Anne-Katerine Verdickt, membre du Café Filtré. "Il s’agit d’un lieu extrêmement problématique où convergent tous types de transports. Les piétons et cyclistes ont bien du mal à se frayer un passage entre les voitures et trams qui affluent dans tous les sens. L’idée serait donc de libérer la Barrière des voitures, et de faire de cet endroit un lieu de destination et non plus de transit."

Mais que les automobilistes se rassurent, les architectes à la base de cette projection ont également prévu un sens de circulation spécifique pour les automobilistes, qui ne se retrouveraient pas sur le rond-point de la Barrière mais bien dans des rues avoisinantes (voir plan ci-dessous). "La Barrière de Saint-Gilles fait partie des mailles du plan Good Move dont le but est de réduire la place de la voiture en ville. Il s'agit d'un lieu extrêmement vivant avec beaucoup de commerces et d'établissements horeca qu'il convient de remettre en avant."

© DR

Afin de réaliser cette ébauche, Café Filtré s’est associé avec le collectif citoyen Hero For Zeroes, qui oeuvre à améliorer la sécurité routière, et le mouvement Bral. "Nous avons organisé des balades avec les riverains pour recenser les lieux les plus problématiques, et voir comment améliorer les aménagements urbains. Nous avons également organisé des conférences avec Paris et Oslo pour s’inspirer de ces villes où tout est accessible en 15 minutes. D’autres projections vont être réalisées dans les communes de Evere et Ganshoren", précise Anne-Katerine Verdickt. "Nous avons élaboré un plan d’actions et émis une série de neuf recommandations à la ministre de la Mobilité Elke Van den Brant afin d’apaiser la ville, et lui demander d’être plus ambitieuse."