Inadvertance ou dédain le temps d’une "petite course". Les véhicules garés sur les voies de tram provoquent chaque année d’innombrables retards sur le réseau bruxellois. En 2021, ce sont pas moins de 595 véhicules mal garés qui ont fait attendre (et enrager) les usagers de tram.

Ce demi-millier de véhicules mal garés a au total causé 7.327 minutes de blocage, à savoir 122 heures.

La rue Moris, véritable point noir

Sur son blog dédié aux "coulisses de la Stib", la société régionale de transport public a dévoilé le top 3 des lieux les plus touchés par ce phénomène de voitures garées sur les rails.

Le véritable point noir en la matière se situe à Saint-Gilles : la rue Moris. Les trams 81 et 97 ont été bloqués 116 fois en 2021 dans cette étroite artère saint-gilloise où le stationnement ne peut s’effectuer que sur un côté de la voirie, directement à côté des voies.

Ligne 55… 55 perturbations en 2021 : le deuxième endroit le plus problématique est la chaussée de Helmet à Schaerbeek, avec une cinquantaine de retards occasionnés par le stationnement sauvage.

En troisième position, on retrouve la rue Antoine Bréart à Saint-Gilles, qui n’est autre que le prolongement de la rue Moris.

Plus de 1.000€ d’amende pour une heure

Les lignes les plus impactées par ces perturbations sont la 81 (près de cent fois touchée en 2021), la 55 et la 92. Trois lignes qui passent par les trois points noirs précédemment cités.

"Il en va bien sûr de même pour nos bus ! Une voiture mal garée sur le coin d’une rue peut empêcher un bus de faire correctement sa manœuvre", rappelle la Stib.

Pour rappel, l’amende en cas de blocage d’un tram s’avère particulièrement salée : 361€ pour une demi-heure, et 1.007€ pour une heure. Bref, bien plus qu’un ticket de parking…

© Stib