Le chantier de renouvellement des rails de tram avenue Delleur, à Watermael-Boitsfort, a démarré lundi dernier mais a dû être arrêté en urgence. En cause : il abîme les racines des arbres situés le long des rails de tram.

"Nous avons entamé le remplacement préventif des voies de tram comme on le fait régulièrement dans le cadre de l'entretien du réseau", explique Cindy Arents, porte-parole de la Stib. "Ce chantier est particulièrement difficile car les voies de tram sont situées à proximité immédiate des arbres. Cela s'explique par le fait que dans le passé, on tenait moins compte de la distance entre les arbres et les voies de tram. Ces plantations ont été effectuées il y a des dizaines d'années et, entre-temps, la proximité s'est accentuée car les racines s'étendent sous les voiries, ce qui complexifie davantage le travail des ouvriers."

Suite aux problèmes rencontrés, la Stib a été contactée par la cellule plantation de Bruxelles Mobilité. "Les spécialistes ont remarqué que le chantier pouvait mettre en péril la stabilité de ces arbres qui sont déjà anciens. La cellule plantation a donc pris la décision de prendre des mesures de précaution en faisant arrêter le chantier pour l’instant et mener des expertises de stabilité pour voir ce qu’ils doivent faire", ajoute Cindy Arents.

© Bauweraerts

Le travail des experts consistera notamment à déterminer quels arbres sont menacés ou non. Désormais, le chantier, qui devait initialement durer deux mois, est à l'arrêt. En fonction des résultats de l'expertise, les arbres qui posent problème seront abattus. La Stib prendra en charge les frais d'abattage et de replantation de ces arbres.

Sur Facebook, Yvan Hubert, membre d'Inter-Environnement Bruxelles, ne décolère pas. "La tranchée réalisée par les pelleteuses a été creusée à quelques centimètres des troncs de ces arbres, au point d’en menacer la stabilité. Cette énorme bévue de la part de la Stib, selon les avis d'experts et au vu de la tempête annoncée par l'IRM, oblige à un élagage d'urgence et drastique de tous ces malheureux arbres. Même si ces arbres seront remplacés, il est inconcevable que de telles erreurs soient possibles", explique-t-il. "La moindre des choses serait de réaliser, au moins sur ce tronçon et au vu de l'ampleur de ces travaux, une réfection de l'ancienne piste cyclable."

© Bauweraerts