Le chantier de renouvellement des rails de tram de l'avenue Delleur, à Watermael-Boitsfort, a repris depuis quelques jours. Il entre dans sa seconde phase, sur le tronçon qui s'étend de l’avenue Willy Coppens à la Place Wiener.

Le 9 octobre, ce chantier avait dû être arrêté en urgence par des experts de Bruxelles Mobilité qui avaient constaté que les racines de 19 des 31 tilleuls avaient été endommagées, entraînant un problème de stabilité de ces arbres. Les arbres concernés ont donc été abattus. La Stib prend en charge le coût des abattages ainsi que celui des replantations.

Mais selon Yvan Hubert, membre d'Inter-Environnement Bruxelles, la méthode pose à nouveau problème. "Au pied de chaque arbre a été creusée une fosse en forme de demi cercle, d’un rayon approximatif de deux mètres. Dans cette fosse, la terre a été retirée, laissant à nu, gisant sur le sol, tout le système racinaire des arbres. Ce système racinaire fin, même si il n’assure pas la stabilité de l’arbre comme le font les grosses racines structurelles, est d’une importance capitale pour nourrir et abreuver l’arbre. Si ce dernier est mis malencontreusement à l’air libre, il doit être sans délai recouvert de terre pour conserver son humidité. Dans le cas qui nous occupe, l’entrepreneur a blessé de nombreuses racines, dont beaucoup sont déjà bien trop sèches. J’ajoute que nous sommes à la veille de plusieurs nuits que les prévisions météo annoncent très fraiches, avec des températures proches de 0°", explique-t-il.

© Yvan Hubert / Facebook

Contactée, la Stib tient à rassurer les riverains. Une attention toute particulière est portée sur la préservation des arbres. "Ces mercredi et jeudi, on a enlevé de la terre au pied des arbres. Pour ce faire, on utilise un système d'aspiration de la terre. Effectivement, cela met les racines à nu mais justement cela nous permet de ne pas déstabiliser les arbres car on ne risque pas de couper les racines", explique Cindy Arents. "Une fois que nous aurons construit le mur de soutenement, nous remettrons de la terre par-dessus et il n'y aura donc pas de risque que les racines soient coupées. On est en contact journalier avec les équipes de Bruxelles Mobilité pour suivre l'évolution du chantier. J'imagine que pour un riverain ça peut sembler bizarre de voir un trou au pied de l'arbre mais cette technique est utilisée pour ne pas abimer les racines."