Depuis le début de l'année, 5.212 pass d'une journée ont été vendus à des automobilistes dont le véhicule ne respectait pas les critères d'accès de la zone basse émission (LEZ), a annoncé la ministre bruxelloise en charge de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen) en réponse à une question de la députée CD&V Bianca Debaets ce mardi en commission Mobilité du parlement bruxellois.

Ce pass d’un jour (valide jusqu’au lendemain 6h) est disponible 8 jours par an pour un montant de 35 euros par jour. En 2019, 3.025 pass d’une journée avaient été vendus. Par ailleurs, 17 automobilistes ont acheté 8 pass dans le courant de l'année 2020. Chacun a donc dépensé 280 euros pour rouler à huit reprises dans la capitale. Au total, la vente de pass d'un jour a rapporté 182.420 euros, et 105.875 euros en 2019.

Les automobilistes belges sont les premiers acheteurs de ce pass journalier. 4.152 en ont acheté un depuis le début de l'année. A l'étranger, ce sont les Français (782) et les Néerlandais (127) qui ont le plus sollicité cette formule. Loin devant les Allemands, les Britanniques et les Italiens

Pour la députée Bianca Debaets, "le succès des pass à la journée signifie que les gens connaissent bien les règles. On constate aussi que de nombreux étrangers en ont déjà acheté juste avant de venir en région bruxelloise. Ces deux éléments montrent que l’introduction de la zone LEZ, via un vaste réseau de caméras ANPR, était vraiment le bon choix".