Bruxelles Mobilité

A partir du 1er janvier 2020, les véhicules (voitures, bus et camionnettes) diesel de la norme EURO 3 seront interdits d’accès.

La Région bruxelloise a envoyé fin octobre un courrier aux automobilistes concernés par les nouvelles normes d’accès à la Zone de Basses Emissions. Dès le 1er janvier 2020, leurs véhicules ne pourront plus circuler à Bruxelles. La Zone de Basses Emissions instaurée sur tout le territoire de la région de Bruxelles-Capitale est entrée en vigueur en janvier 2018. L'objectif : bannir progressivement les véhicules les plus polluants de la capitale. Depuis lors, les critères d’accès à cette zone évoluent progressivement.

A partir du 1er janvier 2020, les véhicules (voitures, bus et camionnettes) diesel de la norme EURO 3 seront interdits d’accès. Il s’agit, pour les voitures (M1), des immatriculations entre le 01/01/2001 et le 31/12/2005.

Ces véhicules bénéficieront d’une période de transition de trois mois pour s’adapter à la mesure. S’ils circulent, ils seront prévenus de leur infraction par un courrier d’avertissement. Ce ne sera qu’à partir du 1er avril 2020 qu’ils risqueront une amende de 350 euros.

Bruxelles Fiscalité, en collaboration avec Bruxelles Environnement, a envoyé un courrier personnalisé aux automobilistes bruxellois nouvellement concernés.

Le but est de les informer que leur véhicule est considéré comme trop polluant, que des alternatives existent pour circuler en Région bruxelloise, que des primes existent pour ceux qui souhaitent changer leur mode de déplacement, que des amendes sont prévues, que les demandes de dérogation sont possibles sous certaines conditions, que des pass d’une journée peuvent être achetés (8 pass par an et par véhicule).

Une grande campagne d’information sera également diffusée du 16 décembre au 5 janvier.

L’instauration d’une Zone de Basses Emissions est une des mesures du gouvernement bruxellois pour améliorer la qualité de l’air à Bruxelles. La pollution de l’air est un enjeu de santé public puisque l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que les émissions polluantes issues des moteurs sont responsables de près de 630 morts prématurées en Région bruxelloise, chaque année.