Ce bois d'un peu plus d'un hectare situé dans la commune de Haren est un site peu connu, à la biodiversité particulière. Situé entre la chaussée d'Haecht et la rue Arthur Maes, le bois appelé communément "parc Arthur Maes" s'apprête à prendre le nom d'Anne Frank, l'adolescente juive auteure d'un journal pendant la seconde Guerre Mondiale.

La décision sera officiellement prise la semaine prochaine, lors du conseil communal de la Ville de Bruxelles. Plusieurs espaces publics belges portent le nom d'Anne Frank, dont un internat à Tubize, une place à Hasselt et un square à Tournai.

"L’idée est ancienne, elle remonte à 2005 lorsque le collège avait décidé de féminiser l’espace public et notamment les espaces verts", explique l'échevine des Espaces Verts, Zoubida Jellab (Ecolo) auprès de la RTBF.

Quatre femmes célèbres étaient retenues à l’époque : Marguerite Yourcenar pour le parc d’Egmont, Marguerite Duras pour le square des Blindés et Simone de Beauvoir pour le parc Fontainas et Anne Frank... 15 ans plus tard seule Anne Frank n'avait pas encore son espace public.

"Il était d’abord question de parler du parc Anne Frank. Finalement, devant la biodiversité présente, nous avons convenu de parler d’un bois, plutôt que d’un parc", explique la Ville de Bruxelles. Ce choix d'espace vert (bois) implique une nuance: la Ville n’y installera ni plaine de jeux, ni tables de pique-nique, rapporte la RTBF.