"Bruxelles reste la région la moins touchée" par la 4e vague du Covid. Mais avec un taux d’incidence en hausse à 1.439 cas sur 100.000 habitants (pour 1.201 la semaine dernière), il n’y a pas de quoi relâcher l’attention dans le chef de la Cocom. En témoigne la valeur R, qui quantifie la reproductivité du virus: elle est de 1,13%. Le bilan comptable de la semaine écoulée est là pour rappeler que la stabilisation sur le pays ne concerne pas encore sa capitale.

Aussi, les tests n’ont jamais été aussi nombreux depuis des mois dans la capitale, avec 11.000 prélèvements PCR quotidiens auxquels il faut rajouter 2.000 tests antigéniques réalisés par les pharmaciens. En résulte un taux de positivité à 13,1% alors qu’on était à 11,5% il y a une semaine. Soit un bond de près de 2%. "On reste cependant en deçà des 16% sur l’ensemble de la Belgique", distingue Inge Neven, responsable du dispositif Covid de la Cocom.

L’experte note que ce sont les 30-49 ans qui présentent le plus d’infectés: 2.217 cas, soit 38% des 5.844 nouveaux cas de la semaine écoulée à Bruxelles (mise à jour ce lundi 6 décembre).

L’anxiété reste donc grande concernant les hôpitaux. Même si la courbe des admissions est en nette baisse (20 par jour), on y enregistre encore 400 hospitalisations sur les 7 derniers jours.

C’est surtout le poids sur les soins intensifs qui s’intensifie avec 99 lits occupés par des patients covid, un total en hausse de 9%. Dont 63 sous respirateurs, soit 17% de plus. Inge Neven ne se fait guère d’illusion: "Bruxelles présente un taux d’occupation de 37% pour 40% sur la Belgique. Mais il y a un petit biais: la réalité, c’est qu’il y a moins de lits disponibles dans les USI bruxelloises en raison de la pénurie de personnel". Le pourcentage réel des lits occupés se situe donc sans doute plus haut. Il ne resterait d’ailleurs qu’une dizaine de lits disponibles dans Bruxelles. Ce qui pousse certains hôpitaux à transférer leurs patients Covid comme nous l’expliquait la responsable des soins intensifs d’Iris Sud.

On se rassurera comme on peut en constatant que la courbe des décès se maintient à une petite trentaine par semaine depuis début novembre. Soit quelque 5 par jour.