Le ministre a par ailleurs donné quelques explications sur les performances plus faibles de la campagne de vaccination à Bruxelles par rapport aux autres Régions. Le système de première ligne est moins efficace qu'en Flandre, notamment en raison de l'organisation plus précoce de réseaux locaux de soins. Le suivi par un médecin généraliste est plus répandu au nord du pays. La proportion de personnes de plus de 75 ans affiliées à une mutuelle qui ont un dossier médical global est de 77% dans la capitale, contre 82% en Wallonie et 93% en Flandre. La part de personnes qui ne sont pas Belges vivant à Bruxelles est par ailleurs plus importante.

Il y a quelques semaines, une campagne téléphonique visant à appeler les personnes qui ne se sont pas inscrites pour être vaccinées alors qu'elles ont reçu une invitation a commencé. "Grâce à ces appels, nous pouvons savoir pourquoi elles n'ont pas encore pris rendez-vous, les sensibiliser et leur proposer de l'aide pour le faire", a expliqué M. Maron.

Il apparaît que la moitié des gens qui n'ont pas pris rendez-vous ont peur de la vaccination. Depuis cette semaine, des données par commune sont disponibles. Des réunions seront organisées avec celles où le taux de vaccination est le plus bas afin de trouver des solutions au problème. La semaine prochaine, des campagnes de communication et de sensibilisation seront menées avec les communes.