L‘octogénaire et plusieurs de ses amis ont été victimes de la ruse.

La zone de police Montgomery (Etterbeek, Woluwe-Saint-Lambert et Woluwe-Saint-Pierre) mettait en garde les citoyens concernant les arnaques par des faux accidents cet été. Le retour de ce type d’escroquerie n’est pas exclusif à cette partie du territoire de la Région bruxelloise. Plusieurs autres personnes se sont fait arnaquer ailleurs à Bruxelles depuis le début de l’année.

Gaston Renard en a fait les frais le 20 mai dernier lors du lundi de Pentecôte. Le Bruxellois, âgé de 86 ans, rentrait des Ardennes au moment des faits. “J’étais au bout de l’avenue Franklin Roosevelt, à proximité du cimetière d’Ixelles. J’ai entendu un bruit comme une sorte de petit caillou. Une voiture m’a suivi et m’a fait des appels de phares”, explique l’octogénaire.

Le scénario habituel pour ce genre de faits s’est alors produit. Le suspect lui a fait croire que Gaston Renard avait accroché sa voiture. “C’était un grand type entre 40 et 50 ans. Il a dit que j’avais griffé sa voiture. Il est monté dans ma voiture pour arranger les choses. Il a fait semblant d’appeler mon assureur et un garagiste”, raconte Gaston Renard.

Le malfrat a alors expliqué que la franchise était de 2.500 euros et qu’il y en avait pour 1.500 de dégâts selon son garagiste. Le piège s’est alors refermé sur l’octogénaire comme l’explique Gaston : “J’étais un peu tremblant et j’avais peur. L’homme n’a cependant pas été menaçant. J’ai dit que je n’avais pas la somme sur moi. Il m’a demandé si j’en avais chez moi. Je ne voulais pas qu’il vienne alors je l’ai emmené près de ma banque. J’ai retiré sur un compte 600 euros et 400 euros sur un autre. Au final, ce n’était pas assez pour lui. J’ai encore donné 200 euros en liquide de ma poche. J’ai proposé de le redéposer où avait eu lieu l’accident. Là, il a disparu. J’ai compris qu’il m’avait eu. D’ailleurs la griffe est directement partie quand j’ai frotté avec mon doigt”.

Le Bruxellois n’a rien osé dire à personne au début, mais a porté plainte le lendemain. Il souhaite par son témoignage alerter par son cas la population. “Je connais deux autres personnes qui se sont fait également avoir. Elles ont donné environ 2.000 euros. Il faut appeler la police et ne pas donner d’argent”, indique Gaston Renard.