Des crèches zéro déchet : c’est l’objectif que se fixe la Ville de Bruxelles d’ici deux ans. La commune travaille à la transformation de ses 45 milieux d’acceuil en "éco-crèches". Pour réduire au maximum leur production de déchets, celles-ci travaillent notamment avec des bouteilles en verre, de l’eau du robinet, de la nourriture 100 % bio et de saison et des langes biodégradables.

A ce jour, les deux nouvelles crèches de l’éco-quartier Tivoli (Wangari Maathai et Régine Orfinger) ont été conçues directement pour être des éco-crèches. Trois autres crèches (Bruyn, Mario Ramos et Helihaven) ont fait leur transition en septembre 2020. Cette année, vingt crèches opéreront leur transition, dont dix lors du premier semestre (trois en mars, une en avril, trois en mai et trois en juin). Les vingt derniers milieux d’accueil suivront en 2022.

Outre l’obtention de ce label de qualité, la Ville entend d’ores et déjà généraliser de bonnes pratiques. "On a par exemple remplacé le lait en poudre par du lait bio, ce qui s’est révélé moins cher. On se réjouit également de la coopération avec les Cuisines bruxelloises. Avec elles, on abandonne petit à petit l’utilisation de barquettes en plastique au profit de barquettes métalliques lavables. On évalue une économie de 144 491 barquettes plastiques et 14 409 sacs plastiques de soupe", explique Arnaud Pinxteren (Ecolo), échevin en charge de la Petite enfance.

Cette économie de déchets s’ajoute à celle des bouteilles en plastique. L’eau du robinet est privilégiée pour les plus grands tandis que des bouteilles d’eau en verre sont utilisées pour les biberons. "Une crèche, c’est en moyenne deux containers bleus par semaine. Lorsque toutes les crèches auront adopté cette nouvelle habitude, la Ville économisera 51 780 bouteilles chaque année."

Les déchets alimentaires sont aussi dans le viseur de l’échevin. "On veut travailler sur le gaspillage alimentaire en adoptant un meilleur ajustement des tailles des contenants. Auparavant, on commandait par barquettes de 800 grammes ou 2 kilos. Désormais, on commandera par 100 grammes pour être plus justes, en tant compte de la fluctuation des présences dans les crèches."

Le projet, coordonné par une "Madame éco-crèches" en fonction depuis novembre, sera présenté ce lundi lors du conseil communal de la Ville.