NEDER-OVER-HEMBEEK

Le planning initial n’a pas été respecté. La place est complètement retournée

TRAVAUX La galère, pour Danielle Collignon, a démarré le 10 septembre dernier avec l’ouverture du chantier de la place Peter Benoît, à Neder-over-Heembeek. En un mois, la patronne du snack Café Crème a perdu entre 40 et 50 % de son chiffre d’affaires. À l’entrée, une affiche offre la livraison pour tout achat de 20 € minimum.

Je ne sais pas me payer. Et ne sais vraiment pas comment je vais finir l’année. ” Son grief, Danielle Collignon le porte sur le non-respect de l’agenda. “Les travaux ont démarré le 10 août dernier, par la rue Vekemans. Après, ils ont ouvert les deux rues enlaçant la place alors qu’ils devaient travailler par phase, un côté puis l’autre. Pour terminer par le centre de place. Là, ils ont tout ouvert en même temps. Plus personne ne sait accéder chez nous.

Même les pompiers ont remarqué que leurs camions ne sauraient pas passer s’il y a un incendie. “S’ils avaient su plus tôt, ils n’auraient pas permis un tel chantier. ” Les livraisons sont elles aussi complexes à gérer.

Épaulée par l’énergique Odrey De Meijts, du comité de quartier Heembeek, Danielle Collignon a tenté de solliciter quelques huiles du coin – le CD&V Steven Vanackere et le Sp.a Bert Anciaux, pour ne pas les nommer – : “ ils n’ont pas bougé. Idem à la Ville de Bruxelles. On les a invités, pourtant.

Danielle Collignon assure ne rien avoir contre la rénovation de la place. “Mais pas de cette façon. Tout est fait à l’envers et personne ne s’en inquiète.

Les commerces alentours ne souffrent pas autant que le Café Crème. Leur activité nécessite moins de visibilité.

Aucun n’a fermé ses portes, le snack non plus. “Pour 45 € par jour, je ne vois vraiment pas l’intérêt. ” Aux dernières nouvelles, le chantier doit être bouclé pour Pâques. “À moins qu’on ne nous annonce une nouvelle surprise.



© La Dernière Heure 2009