En une semaine, relayée par les médias, l’histoire de Carla a fait le tour de la Belgique et même plus. Pour mémoire, la jeune femme originaire de Barcelone s’est fait agresser le vendredi 22 janvier dans l’avenue de la Chancellerie à deux pas du parc du Cinquantenaire à Etterbeek. "Il était 21 heures, j’avais la sensation que quelqu’un me suivait. En effet, un homme était derrière moi. Au début j’ai cru qu’il voulait me voler mon sac. Il m’a attrapé le bras. J’ai essayé de ne pas paniquer et de faire diversion en lui parlant. Je lui ai demandé ce qu’il voulait. Il m’a fait un geste obscène et m’a lâchée. J’en ai profité pour m’enfuir. J’ai couru jusque chez moi où j’ai retrouvé mon petit-ami. J’étais sous le choc, en pleurs."

Le lendemain, Carla décide de porter plainte au commissariat d’Etterbeek. "On m’a répondu : "Ha oui, là-bas, cela arrive tous les mois." Cette réponse choque la jeune femme installée à Bruxelles depuis octobre. "Je ne veux pas entendre qu’il n’y a pas assez de ressources ou de policiers. Cela devrait être une priorité." Dès dimanche, avec l’aide de son ami, Carla lance une pétition sur change.org pour plus de sécurité pour les femmes autour du parc du Cinquantenaire. Hier soir, la pétition frôlait les 9 000 signataires.

Aujourd’hui, son objectif est d’aller jusqu’au Parlement bruxellois. "Environ 4 400 signataires viennent de Bruxelles." Les conditions sont donc réunies pour qu’elle dépose sa pétition car, depuis juillet 2020, il suffit de recueillir 1 000 signatures pour être entendu au Parlement. "Je dois m’assurer que la pétition sur la plateforme change.org est recevable." Avocate de profession, Carla veut changer les lois. Pour elle, les lois belges ne sont pas assez efficaces et performantes dans le cadre des agressions sexuelles. "Avec cette pétition, j’ai obtenu énormément de témoignages de jeunes femmes agressées. C’est terrible. On n’est en sécurité nulle part."

Pour rappel, il y a un an, Ilona a aussi échappé à une tentative de viol alors qu’elle faisait son jogging un matin à 7 heures dans le parc du Cinquantenaire. "Le matin il fait jour ; mettre plus d’éclairage est une chose mais cela ne suffit pas. Il faut plus de caméras, plus de policiers dans les rues. Et, surtout il faut plus d’éducation sexuelle, éduquer les gens, les hommes. Leur dire que la vie, ce n’est pas comme dans le porno. Les femmes ne sont pas des objets sexuels." Carla a pensé à la mise en place d’une application. "On indiquerait notre déplacement d’un point A à un point B et les gens qui sont sur notre trajet pourraient jeter un œil pour voir si tout va bien."

Une jeune femme a contacté Carla pour lui proposer un cours de self-défense. "On va le faire week-end prochain, le 7 février, dans le parc et on le mettra en ligne." La jeune femme réfléchit sérieusement à prendre des cours pour se défendre.