Bruxelles D’après un avis rendu par le conseil du Bien-être animal, ces races présenteraient trop de risques liés à leur comportement et leur santé. 

L’élevage et la détention de chats hybrides et Fold sera bientôt interdite. C’est ce qu’a récemment décidé le gouvernement bruxellois en approuvant en première lecture un avant-projet de cette nouvelle loi. Le Bengal et le Savannah, les deux races les plus courantes de chats hybrides présentent plusieurs problèmes liés à leur comportement ou leur reproduction, tandis que les chats Fold souffrent d’un problème génétique grave pouvant entraîner des malformations du cartilage et de très fortes douleurs.

La Secrétaire d’État au Bien-être animal Bianca Debaets (CD&V) a décidé de prendre ces mesures, en étant renforcée dans son choix par deux avis du Conseil bruxellois du bien-être animal. Le premier porte sur les chats hybrides. “Les premières générations de races hybrides n’ont pas un comportement adapté à la vie en captivité, ce qui peut générer des soucis importants. D’autre part, ils présentent le problème de manque de fertilité et leur période de gestation n’est pas la même que celle des chats domestiques. Lors d’accouplements, le risque d’agression est très élevé”, explique-t-elle.

Le deuxième avis concerne les chats Fold, dont les races Scottish Fold et Highland Fold, qui ont les oreilles courtes et repliées vers l’avant. Cette particularité est en fait due à une mutation génétique qui entraîne aussi des anomalies importantes au niveau du cartilage des oreilles mais aussi de l’ensemble du squelette. “Cette malformation congénitale provoque des douleurs importantes et de l’arthrite chronique. Pour éviter ces souffrances, il est décidé d’interdire également l’élevage, la commercialisation et la détention de ces chats, et ce pour arriver à une extinction progressive”, poursuit Bianca Debaets.

Un avis qui n’est pas partagé par Yvan Beck, vétérinaire bruxellois. “C’est un problème minoritaire par rapport à d’autres problématiques à régler en matière de bien-être animal. Durant ma carrière j’ai eu affaire à très peu de chats de ces races-là et ceux que j’ai pu soigner ne présentaient pas ces caractéristiques”, explique-t-il. “Au niveau du Savannah, c’est vrai que c’est un chat très indépendant mais je n’ai jamais observé de problèmes comportementaux. Et pour le Scottish Fold, il n’y en a quasiment plus. Concernantles propriétaires de chats hybrides, que vont-ils faire quand la loi sera en vigueur ? Les euthanasier ? C’est absurde. Jamais je n’accepterai d’euthanasier un chat hybride qui est en bonne santé”, affirme Yvan Beck.

En effet, une fois que la loi sera d’application, détenir des chats hybrides sera totalement interdit. Ceux qui désireront garder leur chat devront obtenir une autorisation de la part de l’administration bruxelloise. Cette dernière remettra un avis et si celui-ci est négatif, ils devront euthanasier leur animal. Cependant la secrétaire d'Etat tient à préciser que ce cas extrême sera très rare. "L'avis rendu n'obligera pratiquement jamais les propriétaires à euthanasier leur chat, sauf en cas extrême." Quant aux chats Fold, ils pourront être gardés jusqu’à leur mort à condition qu’ils soient stérilisés.

© REPORTERS