L'annonce était attendue depuis plusieurs semaines au vu de l'évolution de la pandémie à Bruxelles. Le gouvernement bruxellois a décidé ce jeudi d'instaurer le Covid Safe Ticket (CST) en Région bruxelloise à partir du 1er octobre. "Cet instrument va entrer progressivement en vigueur à partir du 1er octobre mais les contrôles et les sanctions n'arriveront que vers la moitié du mois", a précisé Alain Maron, invité sur le plateau de "Jeudi en prime" sur la RTBF.

Celui-ci a tenu à insister sur l'importance de ce nouvel outil. "Ce n'est pas un instrument parfait mais il permet de limiter les risques d'un nouveau lockdown. Avec la vaccination et d'autres moyens de prévention tels que l'aération et les gestes barrière, le CST est indispensable si nous voulons éviter une nouvelle vague".

Selon lui, l'ensemble du gouvernement bruxellois était demandeur de ce pass sanitaire. "C'était une demande unanime du gouvernement régional au gouvernement fédéral. Une demande finalement octroyée il y a environ une semaine pour tous les secteurs concernés", explique-t-il.

Covid Safe Ticket à Bruxelles: voici les secteurs qui seront concernés

"Je pense qu'une uniformisation des règles serait idéale"

Avec l'instauration du Covid Safe Ticket pour l'Horeca, les salles de sport ou encore l'évènementiel, la grande crainte de ces secteurs est la fuite des clients vers les autres régions. Alain Maron pense que cela n'arrivera pas car "les gens aiment venir à Bruxelles", mais plaide tout de même pour une règlementation uniformisée entre les régions. "Je pense qu'une uniformisation des règles serait idéale", a-t-il déclaré. "Nous avons été précurseurs. Je pense que ça peut être utile pour les autres d'utiliser notre expérience." Celui-ci a d'ailleurs rappelé que ce n'est pas Ecolo mais le MR qui bloque la mise en place d'un tel dispositif au niveau du gouvernement wallon.

Les détails concernant la mise en pratique des contrôles n'ont pas encore été réglés par l'exécutif bruxellois, mais le ministre a d'ores et déjà annoncé que tant la police que les responsables des établissements devront veiller au respect de cette mesure.

Le ministre de la Santé espère en tout cas une amélioration des chiffres à Bruxelles dans les semaines à venir afin d'atteindre l'objectif fixé par la Région de 16.000 doses de vaccins distribuées par semaine, alors que celles-ci stagnent pour le moment aux alentours des 10.000.