L'annonce du concert gratuit d'Indochine, ce samedi soir sur la Grand-Place a suscité pas mal de questions sur les réseaux sociaux. Beaucoup de grincheux et de sceptiques, certes. Nombre d'entre eux dénoncent la fausse gratuité du concert. "Au final, il y a toujours quelqu'un qui paie. Ce sont nos impôts qui paient ce concert, pour 5 000 privilégiés. Si c'est gratuit, c'est le client c'est nous", peut-on lire sur les réseaux. D'autres, bien moins scrupuleux, tentent de revendre leurs places, pourtant gratuites, sur le net.
 
Tout faux ! "Indochine n'a pas demandé de cachet pour se produire sur la Grand-Place samedi", rectifie la porte-parole de Brussels Major Events Marina Bresciani. "Comme nous l'expliquions dans le communiqué de presse, Nicola Sirkis a vécu dix ans à Bruxelles. Il adore cette ville. Simplement, le groupe a choisi de fêter ses quarante ans de carrière sur la Grand-Place." Indochine se produit donc gratuitement. 

Ni arnaque, ni client, ni argent public gaspillé. Juste de la bienveillance et l'envie de faire la fête. Raison pour laquelle le concert est... vraiment gratuit. Il constitue, en quelque sorte, le cadeau d'anniversaire du groupe Indochine. Hors frais d'organisation et un accord avec la RTBF pour la captation, ce concert ne coûte donc pas un cent à la Ville de Bruxelles. Qui plus est, la scène est déjà montée pour le concert de la Fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles prévu la veille.