L'incidence dans la capitale, qui renseigne le nombre de cas positifs au Covid-19 pour 100.000 habitants, atteint 490 ces deux dernières semaines. Cela représente une légère diminution par rapport à la précédente incidence, qui était de 509 contaminations pour 100.000 habitants. Un peu moins de tests ont été effectués quotidiennement : 7.250 cette semaine, contre 7.800 la semaine dernière. Le taux de positivité, soit le nombre de tests positifs par rapport à l'ensemble de dépistages effectués, reste à 6,5%.

Le nombre d'admissions à l'hôpital est stable également. Une soixante de patients atteints du Covid-19 occupent encore des lits aux soins intensifs, ce qui fait que 22% des lits dans ces services sont pris par des malades du coronavirus à Bruxelles. La quatrième vague redoutée avec la rentrée des classes et le retour au travail semble écartée pour le moment.

"Nous devons encore être prudents pendant quelques semaines", avertit toutefois Mme Neven. "L'an dernier, les infections et les hospitalisations ont soudainement commencé à augmenter début octobre. Les embouteillages se multiplient, de plus en plus de personnes viennent à la capitale et l'année académique de l'enseignement supérieur n'a débuté que la semaine dernière. Nous devons encore attendre et voir les effets" de cette situation, insiste Inge Neven.

D'autant plus que les chiffres de la vaccination sont stables aussi. Comme les semaines précédentes, 10.000 premières doses ont été injectées la semaine dernière et 8.700 secondes injections ont été administrées. Les premières doses baissent dans les centres de vaccination mais cela est compensé par les actions locales. À la date du 3 octobre, 65% de la population bruxelloise adulte avaient reçu une première dose (52% de la population totale de la capitale), ce qui représente un gain d'un pour cent en deux semaines.