Ce n’est pas un conte de Noël, mais presque: un vélo cargo du service de partage Monkey Donkey volé il y a deux semaines à Uccle a été retrouvé… à Anvers. C’est la technologie embarquée dans le vélo, ainsi que les liens entre brigades cyclistes des villes concernées, qui a permis ce petit miracle.

"L’un de nos partenaires nous a appelés pour nous signaler que leur vélo avait disparu", relate Benjamin François, fondateur bruxellois du service Monkey Donkey. Pour rappel, ce dernier met à disposition des enseignes bruxelloises de la distribution bio des vélos cargos que leurs clients peuvent louer pour ramener leurs courses chez eux, mais aussi pour d’autres virées, le week-end par exemple. "Le vélo était stationné dans leur garage, mais ils n’avaient rien vu et n’avaient pas d’images vidéo". Seule certitude: l’engin s’est volatilisé dans les 3 derniers jours.

«Poum, la balise clignote à Anderlecht»

Mais l’espoir renaît quand 2 jours plus tard, "poum, la balise clignote à Anderlecht, dans un coin connu comme plaque tournante du vol de vélo", glisse celui qui entretient des liens étroits avec la communauté cycliste bruxelloise. "On fonce sur place, mais aucun lien ne se fait vers le capteur via le Bluetooth: rien ne bipe".

L’espoir s’amenuise de nouveau quand, le lendemain soir, le capteur revit à Anderlecht. Puis… Anvers. "On se rend sur place. C’est un quartier résidentiel. Aucun doute: la balise bipe depuis un garage. On contacte les policiers bruxellois qui ont suivi le dossier. Ils nous conseillent de contacter le N° général à Anvers. Il n’y a aucun lien direct entre les services". Heureusement, le tam-tam fonctionne entre les brigades cyclistes de la zone Midi, de Bruxelles-Ixelles et d’Anvers. "La brigade vélo anversoise débarque en fluo, ils sonnent à toutes les portes, exigent de voir les propriétaires".

«Happy ending»

La coopération n’est pas spontanée mais les policiers soulèvent un chouïa le volet du garage et Benjamin François reconnaît sa monture fuchsia. "Le propriétaire revient une demi-heure plus tard. Il nie le vol, explique qu’il a racheté le cargo de bonne foi. Mais dans son garage, il avait deux modèles à plus de 5.000€ pour une famille avec 2 enfants. Y a pas de raison". La police d’Anvers fait le job et le lendemain, "happy ending", Monkey Donkey récupère son précieux deux-roues.

"Honnêtement, cette histoire, c’est quelque chose de chouette", se félicite l’heureux cycliste. "Il n’y a aucune taskforce sur le vol de vélo et celui-ci ne bénéficie d’aucun moyen à Bruxelles. Pourtant, des vélos s’y volent tous les jours. Alors les brigades cyclistes, très motivées, utilisent les messageries, des groupes Whatsapp et Facebook, pour s’échanger des photos et des infos. Mais le travail n’est pas gratifiant. À Anvers, un policier m’a raconté qu’un même type a été arrêté 77 fois pour vol de vélo! Des condamnations devraient suivre!"