Les infirmières sont touchées par la minute quotidienne d’applaudissement du personnel soignant. Certaines rappellent toutefois qu’applaudir ne suffit pas.

Pour remercier et encourager le personnel soignant face à la pandémie de Covid-19, les Belges, comme beaucoup d’autres citoyens à travers le monde, applaudissent désormais chaque soir le travail qu’il fournit pour sauver des vies. "Ca fait chaud au coeur ! Le fait de se sentir soutenues, ça fait du bien, c’est un moment de solidarité. On s’envoie les vidéos, ça aide à aller travailler", se réjouissent des infirmières bruxelloises. Toujours à l’écoute des besoins d’autrui, elles tiennent toutefois à partager cette reconnaissance avec d’autres travailleurs. "Le personnel soignant n’est pas le seul à prendre des risques : le personnel des supermarchés, les chauffeurs de la Stib et les éboueurs méritent aussi que leur travail soit reconnu."

Une reconnaissance que certaines aimeraient voir s’incarner par des actes concrets. "Les actes des gens parlent plus que des applaudissements. Les vrais encouragements, c’est de ne pas sortir de chez soi, rappelle Mélanie (nom d’emprunt), infirmière pédiatrique. On a toujours été les oubliées de la société. J’espère que les gens, et le gouvernement, n’auront pas la mémoire courte une fois que la crise sera passée. A l’heure actuelle, j’ai l’impression qu’on vire vers une société où seuls ceux qui ont de l’argent sont bien soignés. Il faut que cette crise permette de renverser la tendance."