Les commémorations officielles qui ont habituellement lieu en matinée seront remplacées par une émission accessible en ligne à 12h00 sur les sites internet, Facebook et chaînes YouTube de l'ULB et de la VUB.

Au programme, plusieurs séquences pré-enregistrées, à commencer par un mot d'introduction du bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close, suivi par des capsules vidéo commentées relatives aux lieux de commémoration et les discours des deux rectrices des universités ainsi que de représentants des étudiants.

"Cette année est malheureusement une année spéciale mais j'espère que dès l'année prochaine notre tradition reprendra comme elle se doit", a souhaité Philippe Close.

En amont de la séance solennelle, l'Union des anciens étudiants (UAE) organisera les cérémonies d'hommage aux étudiants et anciens étudiants tombés sous le joug nazi au Tir national, de 11h00 à 12h00, en petit comité, sur inscriptions préalables. Les étudiants sont invités à suivre ces commémorations en ligne sur le site web et les réseaux sociaux de l'UAE. Elles y seront retransmises en direct.

Les étudiants se fixent eux rendez-vous sur un site web géré par le cercle des étudiants en informatique. Il rassemblera pendant 24 heures une vingtaine de chaînes via des liens Twitch où les différents cercles étudiants présenteront des émissions. Les participants pourront interagir entre eux par textes et en vidéo.

Cette "St-V TV" aura pour thème "Met afstand maar niet afstandelijk, confiné.e.s mais pas aveuglé.e.s". Les étudiants ont ainsi décidé de se pencher sur les problèmes sociétaux qui ont émergé de la crise sanitaire, notamment le sous-financement du milieu hospitalier et des services publics en général et les violences conjugales.

La quête sociale sera cette année organisée au profit du Centre de prévention des violences conjugales et familiales. Elle n'aura pas lieu dans les rues de Bruxelles, mais en ligne, via une plateforme créée pour accueillir les dons. L'origine de cette tradition remonte à 1939. L'Association générale des Étudiants avait alors remplacé le cortège par une collecte de fonds à destination des familles de soldats engagés dans la seconde guerre mondiale.