ANDERLECHT

Plus de 72 heures sans chauffage ni eau chaude, au Melckmans, un toit social rénové fin 2008

FROIDURE Mi-novembre 2008 : le Foyer anderlechtois inaugure, à grands fracas, le Melckmans - 30 toits avenue des Droits de l’Homme. La 1 re phase des travaux concernait neuf logements, refaits moyennant 3.000.000 €. C’est dire... Novembre 2009 : pendant plus de trois jours, ces locataires de la Roue furent sans chauffage. Et sans eau chaude...

Bien sûr, nul, parmi ces près de 60 familles, ne s’exprimera à visière découverte. Mais les faits sont là, incontestables. À l’approche des grands froids, le bâti de cinq étages, fraîchement rénovés, n’assure pas le service minimum. “Les vannes restent ouvertes 24 h sur 24”, s’attriste un occupant. “Ils ne trouvent pas le problème de la chaudière…”

Sans tomber dans le misérabilisme, ce témoin concède n’en pouvoir plus d’un quotidien allant “de surprise en surprise”. Dans le mauvais sens du terme, hélas. Ainsi y déplore-t-on de l’humidité dans les caves et “quantité de vices cachés”.

Comme ? Comme une utilisation abondante d’eau froide pour obtenir de l’eau chaude. Comme des charges chauffage-eau chaude s’élevant à 170 €/mois, alors qu’en théorie, la flotte allait être comprise dans le loyer. Etc. “Et le week-end, personne ne se déplace”, complète cette source qui jure, croix de bois, croix de fer, que “beaucoup de gens se plaignent”.

Mercredi soir encore, on en discutait en CA, confirme Guy Vandecasteele (FDF), président du foyer. “Il y a eu une réunion entre les habitants et nos services. Les installations sont non-conformes”, concède d’entrée le patron de la Société immobilière de service public (Sisp).

Qu’est-ce à dire ? Que l’entrepreneur a, “une fois de plus”, mal fait son boulot. Pire : “Des vannes ne sont même pas raccordées…”, explique Guy Vandecasteele.

Quant au système parapluie (une chaudière au grenier. D’où une chaleur devant descendre) ou aux panneaux solaires pour l’eau chaude, ils dérapent. Ce qui a légitimement le don d’inquiéter ces Anderlechtois aux portes de l’hiver et de susciter l’ire du foyer - un nom somme toute peu approprié.



© La Dernière Heure 2009