"Omicron est parmi nous".  Les mots d’Inge Neven, responsable du dispositif Covid de la Cocom, sont plus que jamais confirmés par les chiffres. Ainsi, le taux d’incidence à Bruxelles atteint un niveau record de 3.005 contaminations pour 100.000 habitants sur les 14 derniers jours. Le taux de positivité des quelque 11.400 tests quotidiens dépasse les 30 % (30,3 %). "Une personne sur 3 est positive", pointe l’experte. Qui souligne qu’il y a "davantage de symptômes" dans la population puisque "près de 30 % des prises de rendez-vous en centre de test sont effectués via l’outil de diagnostic en ligne (ou "self assessment testing").

"Des chiffres jamais vus"

Conséquence : l’épidémie redouble de force puisque la valeur R, qui mesure la reproduction du virus, dessine une courbe rouge vif jusqu’à une valeur elle aussi inédite de 1,45. "Des chiffres qu’on a jamais connus", doit convenir l’experte bruxelloise.

© Cocom

C’est clair : les infections "explosent" à Bruxelles depuis le passage à 2022. On dépasse les 5.000 contaminations hebdomadaires chez les 20-29 ans, les 30-39 ans flirtent avec les 4.750 et on frôle les 3.000 chez les 40-49 ans. De quoi s’alarmer ? Inge Neven rassure : "malgré ces infections plus élevées, le taux de vaccination et le booster bien administré maintiennent plus ou moins les infections sous contrôle". Reste à voir ce que la rentrée scolaire de janvier réserve à la capitale…

480 lits à l’hôpital

Ce qui rassure, c’est qu’aucun lit en soins intensifs n’est occupé par un patient Omicron ce 11 janvier à Bruxelles. Ce, alors que 100 lits d’hôpital supplémentaires accueillent les malades du covid depuis une semaine (soit 480 lits). "En soins intensifs, où le taux de vaccination affiche 50 %, le nombre de lits occupés par le virus est même en légère diminution" (soit 88), note Inge Neven, confirmant par là les espoirs d’un Omicron moins hargneux que Delta. "Des patients Omicron sont admis, mais après quelques soins normaux, ils repartent. C’est donc plutôt une bonne nouvelle pour le moment". Le quota d’Omicron en hôpital n’est pas établi à 100 %. Mais d’après la responsable Covid bruxelloise, les PCR où on suspecte la présence d’Omicron sont confirmés "à 80 %" via séquençage en laboratoire.

Pour relativiser encore l’omniprésence d’Omicron à Bruxelles, Inge Neven compare notre capitale à Londres. "Dans le contexte d’une grande ville, l’explosion des cas est logique lors de l’apparition d’un nouveau variant, en raison de la densité de population. Le pic y est atteint plus rapidement aussi. On voit qu’à Londres, les courbes redescendent, ce qui n’est pas le cas dans les autres régions d’Angleterre". Le pic en vue à Bruxelles ?  "On en saura plus dans 2 ou 3 semaines".