L’acteur français était de passage en Région bruxelloise, ce lundi, pour jouer la scène de libération d’une prise d’otages.

Des fourgons blindés, unités spéciales et ambulances ont investi ce lundi la petite place Martin Luther King, à Anderlecht. Il ne s’agissait pas d’une perquisition ou autre événement en lien avec les attentats de Paris, mais bien du prochain film de Dany Boon, Raid dingue. Le film met en scène une "fliquette pas comme les autres, sympathique, mais totalement nulle", explique Didier Lechien, régisseur pour la partie belge du film.

Ce lundi, la scène consistait en la libération d’une prise d’otages dans un commissariat de quartier mis à sac par des assaillants. "Je recherchais un endroit semblable à la banlieue parisienne. On m’a proposé soit la cité modèle à Laeken, soit ce quartier d’Anderlecht", explique Dany Boon. "L’agencement des lieux sur cette place, avec de grands immeubles, se prêtait bien au contexte du film, et nous avons donc opté pour Anderlecht", a commenté la star française.

Pour ne pas effrayer les habitants en cette période tendue, près de 3.000 courriers ont été postés dans les boîtes aux lettres. "Mes parents ont reçu un avis prévenant qu’un tournage allait avoir lieu avec Dany Boon, donc je suis venue avec ma fille qui est fan de lui", explique Carine. À ses côtés, Lara, ne tient plus en place : "je viens de prendre une photo de lui. C’est mon acteur préféré depuis que j’ai vu le film Bienvenue chez les Chti’s", confie la jeune fille de 9 ans.

Mais pour les passants qui n’étaient pas au courant du tournage, c’était la panique. "J’ai vu qu’il y avait un important dispositif policier avec notamment des fourgons blindés. Je me suis dit que quelque chose de très grave c’était encore passé, mais on m’a ensuite expliqué qu’il s’agissait d’un tournage", explique Yvan.

Eric Tomas (PS), bourgmestre d’Anderlecht, était le premier étonné en apprenant que Dany Boon avait lorgné sur sa commune pour jouer son prochain film. "Quand on m’a averti il y a quelques semaines, j’étais un peu incrédule. On m’a ensuite expliqué le contexte et le scénario, et comme je suis partisan du fait qu’on tourne le plus possible à Bruxelles, j’ai accepté. La police a ensuite dû donner son accord et nous avons pu régler les détails pratiques comme le stationnement des véhicules, etc.", a confié l’édile. "Les habitants du quartier sont contents que ça se passe chez eux. Ils se sentent valorisés. Cette place a d’ailleurs été refaite il y a un an donc c’est génial que Dany Boon ait choisi ce coin de Bruxelles."

Les Bruxellois doivent maintenant attendre début 2017 pour voir leur quartier retransmis sur grand écran. Pas trop d’attentes, toutefois, puisque la scène ne durera que… 2 minutes dans le film.


Anderlecht, la commune qui attire de nombreux tournages

Une dizaine de semaines de tournages sont prévues en Belgique pour le cinquième film de Dany Boon. L’équipe de tournage a déjà filmé en plusieurs endroits de la Région bruxelloise, comme la rue de Namur à Bruxelles et dans une salle de sport sur le boulevard Général Jacques. "Nous avons également filmé une scène d’assaut du Raid la semaine dernière sur le boulevard Anspach, qui consistait en la capture de djihadistes. Une coïncidence assez frappante avec l’actualité que l’on connaît", explique Didier Lechien, le régisseur. 

La semaine prochaine, l’équipe de tournage se rendra à Uccle pendant deux jours, dans un logement social de l’avenue du Kriekenput, avant d’aller à Namur et Anvers. Ce n’est pas la première fois que la commune d’Anderlecht est choisie comme lieu de tournage. Une scène du film Potiche, avec Catherine Deneuve, s’était tournée dans une ancienne usine le long du canal, sur la place de la Vaillance et dans la collégiale. Le film Les Profs 2 s’est lui en partie tourner dans la salle du conseil, reconstituée en salle de collège anglais. Le film Les Barons a été entre autres filmé dans la rue Saint-Guidon, sans oublier Dikkenek aux abattoirs d’Anderlecht.