Molenbeek dévoile les lignes directrices qui constitueront son futur plan lumière.

Le quartier de la gare de l’Ouest, le coin Ninove-Heyvart et le centre historique de la commune. Voici les trois zones dans lesquelles Molenbeek investira en priorité en matière de lumière publique. En réflexion sur la question depuis plusieurs mois, la commune dispose aujourd’hui des conclusions d’une recherche menée par le bureau d’études Radiance 35.

Celui-ci invite les pouvoirs publics à s’appuyer sur les opportunités de développement que représentent la gare de l’Ouest et la zone Ninove mais aussi à équilibrer et unifier le maillage urbain : "La chaussée de Gand est par exemple située entre deux zones aux températures de couleur différentes. Elle est majoritairement orangée (sodium) sur la partie ouest de la chaussée et blanc chaud (iodure métallique) sur la partie est de la chaussée."

L’étude les incite par ailleurs à mieux affirmer l’identité de certains lieux, en mettant en lumière les bâtiments emblématiques et places stratégiques de la commune.

Autre volonté soulignée par la bourgmestre socialiste Catherine Moureaux : la lutte contre l’insécurité. "Globalement, le ressenti des usagers lors des marches est satisfaisant mais il y a certaines zones sombres et des zones "non sécurisantes’ réparties sur le territoire que l’usager préfère éviter", indique l’étude. La bourgmestre rappelle ainsi le rôle crucial de la lumière dans le sentiment d’insécurité et entend donc intervenir en priorité dans les quartiers se situant autour de trois stations de métro : Beekant, Ribaucourt et Étangs Noirs.

Toujours en phase de conception, le plan lumière de la commune devrait coûter environ 645 000 euros, dont une partie sera subsidiée par Sibelga, précise Abdellah Achaoui (PS), échevin de l’Énergie. En septembre, Sibelga présentera un premier plan d’action au conseil communal.