Tout commence le 16 décembre avec une question au conseil communal d’Aurélie Czekalski (MR), alertée par des riverains de la présence de dépôts clandestins. La chaussée d’Alsemberg appartient à la région. La gestion des déchets dépend donc de Bruxelles Propreté. Dans sa réponse à la conseillère communale, l’échevin parle d’"une collaboration qui ne fonctionne pas très bien" entre les services communaux et l’agence régionale.

La commune veut plus de régularité et d’attention

Avec les travaux chaussée d’Alsemberg, des points de collecte de déchets ont été installés par Bruxelles Propreté pour les tronçons où leurs camions de ramassage ne peuvent pas passer.

Problème : la commune a dû intervenir plusieurs fois avec ses propres agents pour nettoyer ces points de collectes. " Le personnel que Bruxelles Propreté a priorisé pour la chaussée d’Alsemberg, nous, nous ne l’avons pas. Si nous devons mettre nos agents communaux ici, ils ne nettoient pas d’autres sites ucclois. C’est un cercle vicieux", nous explique l’échevine.

" Les riverains ne respectent pas toujours les jours de collecte. Quand Bruxelles Propreté passe, ils prennent exclusivement ce qu’ils sont venus chercher. S’il y a un sac de la mauvaise couleur, il reste là jusqu’au prochain passage. Donc la commune doit intervenir."

Ajoutez à cela que la région n’a pas pu installer de poubelle sur le tronçon Globe - rue Asselberg par manque de stock. "Lorsqu’il y a une poubelle, les citoyens respectent, mais sans poubelle ça s’encrasse vite", nous explique l’échevine.

De son côté, Bruxelles Propreté estime avoir suffisamment communiqué. Son porte-parole, Étienne Cornesse, explique que l’agence "a d’autres lieux à gérer et ne peut pas passer tous les jours ". Il constate également les pratiques de certains riverains qui utilisent les points de collecte n’importe quand mais estime que "la coopération avec la commune se passe bien" et que l’accompagnement des riverains est bien suivi.

Une situation qui s’améliore mais pour combien de temps ?

Depuis quelques semaines, Bruxelles Propreté a remis un balayeur sur la chaussée. L’échevine affirme que "ça va mieux !" De plus, les camions de ramassage peuvent de nouveau circuler avec l’ouverture de la chaussée pour le mois de décembre. Dès le 10 janvier, les travaux vont reprendre sur les tronçons Messidor - Cottages et Floréal - Messidor ; des zones résidentielles. Carine Gol-Lescot espère alors que Bruxelles Propreté "renforcera son attention" à ce moment-là.

Uccle n’est pas un cas isolé

En juin dernier, la commune de Schaerbeek avait voté une motion demandant le transfert à la commune de l’entretien et du nettoyage des voiries régionales présentes sur son territoire. À l’époque, Schaerbeek n’avait cependant pas demandé la gestion de collecte des déchets. La motion n’avait pas abouti. Pourtant en réalité, ce transfert de compétences de la région vers les communes est prévu depuis l’accord de la sixième réforme de l’État de 2011. Il n’est simplement pas effectif.

Uccle n’en est pas encore à proposer ce transfert mais l’échevine de la Propreté sera "attentive à la suite". Pour sa part, la conseillère communale uccloise Aurelie Czekalski entend bien interpeller le ministre régional chargé de la Propreté, Alain Maron.

M.D.