Déjà précaire, le quotidien des familles monoparentales s'est encore fragilisé avec la crise sanitaire. Pour visibiliser leur situation et faire part de leurs revendications, le collectif L'odyssée des mères célibataires a adressé une lettre aux responsables politiques du pays.  

"Les mères sont souvent les premières victimes du non-paiement des pensions alimentaires et de la pauvreté accrue qui en découle. Trop souvent, les pensions alimentaires n'ont pas été payées pendant de longues périodes, pendant plusieurs années. Or, derrière chaque maman pauvre, il y a des enfants pauvres. Effacer les dettes des mamans pauvres, ce serait reconnaitre leur combat et les aider à se maintenir la tête hors de l'eau. Nous demandons la mise en place d'un "laboratoire" des familles monoparentales, particulièrement pour les mères seules, afin de placer leurs réalités au cœur des politiques publiques", indiquent-elles.

Lundi, à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, elles organisent un débat en visioconférence à 20h30. Plusieurs partis politiques seront représentés, la Ligue des familles, les Femmes prévoyantes sociales et Vie féminine y participeront également.