Pas de rush, ce matin rue Neuve à l'heure de l'ouverture des magasins. Pas le désert non plus. Après trente minutes, une longue file de plusieurs dizaines de clientes attendaient d'entrer dans le magasin Primark tandis que, quelques mètres plus loin, la file commençait à s'allonger à l'entrée du magasin H&M.

"Madame ! Vous devez marcher dans l'autre sens. Vous avez vu le sens de circulation ? Il faut respecter les mesures de distanciation physique s'il vous plaît !", lance un policier à une cliente un peu perdue alors qu'elle se trouvait à hauteur de l'église Notre-Dame du Finistère, en plein milieu de la rue Neuve. Rebelote deux secondes plus tard à l'attention cette fois d'une maman en poussette, qui fait demi-tour sans demander son reste. Trente minutes plus tard, un autre agent de police hausse le ton sur une cliente collée au client précédent dans la file menant à ce magasin de smartphones. Un sermon bien appuyé et axé, là encore, sur le respect des mesures de distanciation physique. 

Au fil des minutes, la rue Neuve se remplit, surtout via la place de la Monnaie. L'entrée y est d'ailleurs surveillée, gel hydroalcoolique obligatoire, etc. Petit à petit, un premier bouchon se forme à hauteur du Primark. Là encore, les policiers doivent intervenir. Leurs recommandations semblent plus écoutées et respectées que celles des stewards. Le pouvoir de l'uniforme... A chaque fois, la police doit répéter le même discours : distance minimale d'1,5 mètre en chaque client, masque sur le nez en permanence, etc. En cette première matinée de shopping non-essentiel, les mesures sanitaires semblent bien respectées. Surtout grâce à la présence en masse de stewards et de policiers, tout le long de l'artère. Surtout, aussi, à une météo maussade. La situation risque d'être beaucoup plus compliquée à gérer ce week-end...

La situation s'est dégradée sur le temps de midi. Un peu avant 13h, la Ville de Bruxelles a stoppé toutes les entrées dans l'artère commerciale pendant un moment car la jauge d'une personne par quatre mètres carrés était déjà dépassée. Les clients sont d'ailleurs invités à sortir par la place Monnaie. "On ne peut pas se permettre d'aller au delà et de créer des foules devant les magasins", explique-t-on au cabinet de l'échevin du Commerce Fabian Maingain (Défi). "Dès que les clients seront sortis en nombre suffisant, les entrées seront de nouveau rouvertes." 


Ikea, Louise, Fnac,... pas de grande foule ce matin

Par ailleurs, toujours à Bruxelles en ce mardi 1er décembre de réouverture des commerces non-essentiels, les photographes de la rédaction de La DH ont baladé leurs objectifs entre le Boulevard de Waterloo, la rue Neuve, mais aussi chez Ikea, à Anderlecht. Même constat partout : aucun rush observé, peu de clients, disciplinés. En sera-t-il de même samedi ?