L’enregistrement des nouveaux habitants passe en mode digital. Un projet pilote baptisé Team District.

Les habitants de Schaerbeek, Evere et Saint-Josse ont certainement croisé ces agents de quartier d’un genre nouveau ces derniers jours. Au lieu de leur traditionnelle farde de documents officiels, ces policiers de proximité se promènent désormais avec une tablette flambant neuve.

Cette tablette a pour objectif premier de faciliter l’échange de données entre la police et l’administration communale, son service population en particulier. Imaginé par le service population de Schaerbeek, ce projet pilote baptisé Team District et soutenu par le CIRB et BPS sera étendu aux cinq autres zones de police s’il convainc.

À quoi cela sert-il ? À fluidifier le travail administratif et la relation entre la police de quartier et le service population dans l’encodage des domiciliations et à éviter les erreurs, coquilles, fautes d’orthographe ou écriture peu lisible puisque tout est directement encodé dans la tablette.

Concrètement, une personne vient déclarer au service population qu’elle s’installe à Schaerbeek, par exemple. L’employé du service population encode les données du nouvel arrivant, qui s’inscrivent automatiquement sur la tablette des agents de quartiers. Ils peuvent ainsi organiser leurs tournées plus facilement.

Lorsque l’agent de quartier effectue sa visite, il encode lui aussi les données officielles dans sa tablette qui, d’ici peu, seront automatiquement mises à disposition du service population. Conséquence directe : un gain de temps pour le citoyen qui ne doit plus attendre jusqu’à deux mois avant d’être officiellement déclaré et l’administration communale puisque les données sont encodées automatiquement, une seule fois donc, et la disparition des erreurs d’encodage, récurrentes, lorsque tout est rempli sur papier.

Contactée, la bourgmestre de Schaerbeek Cécile Jodogne confirme l’existence du projet pilote actuellement mené sur la zone mais ne souhaite pas commenter l’initiative, encore en phase de test. Si le test est concluant, cette digitalisation des données pourrait ainsi ouvrir de nombreuses autres perspectives à l’efficacité communale. Et même sauver des vies. Ainsi, lors d’un incendie, les services de secours pourraient connaître, en un clic, le nombre d’habitants dans l’immeuble…