"Ce dimanche 10 octobre, des dizaines de milliers personnes sont descendues dans la rue pour le climat, dont Groen et Écolo. Nous exigeons que le parti joigne le geste à la parole et que la ministre Écolo du climat, Zakia Khattabi et la ministre Groen de l’énergie, Tinne van der Straeten, mettent fin au projet de nouvelles centrales à gaz et leur financement par de l’argent public".

C’est par ces mots que la grande coalition People Power Bloc justifie son occupation du siège bruxellois d’Écolo/Groen ce 11 octobre, au lendemain de la grande manifestation pour le climat qui a rassembl plus de 50.000 personnes à Bruxelles. "Rejoindre la marche pour le climat signifie choisir un avenir 100% durable, sans combustibles fossiles, sans énergie nucléaire et sans autres (méga)projets insensés", plaident les associations réunies dans cette alliance.

Dans cette coalition, on retrouve ainsi des associations comme Agenda Paysan, Extinction Rebellion, Act For Climate Justice, les JOC, Dégaze ou le réseau ADES. S’y ajoutent des comités qui luttent contre des multinationales comme Alibaba ou INEOS et des groupes locaux de Tournai, Gand ou Mons. Dans leur viseur, des projets en cours «comme l’aéroport de Liège, les centrales à gaz, INEOS, la Boucle du Hainaut ou la destruction de Friche Josaphat».

Concernant les centrales à gaz, People Power Bloc pointe la date du 15 octobre et "la mise aux enchères des subsides pour ces centrales. Engie-Electrabel, EDF-Luminus et Eneco se disputeront les milliards de subventions publiques qui seront distribuées", préviennent les associations. Qui dénoncent. "Il est antisocial, à un moment où les coûts énergétiques pour les ménages menacent de devenir inabordables, de distribuer des milliards de subventions à des entreprises de combustibles fossiles qui mettent ensuite les bénéfices dans leurs propres poches. Ces nouvelles centrales au gaz sont un inutiles et catastrophiques pour le climat."

Et de conclure: "Nous ne nous contenterons plus de “rehausser les ambitions” et d’objectifs abstraits sur les émissions de CO2. Les manifestations ne suffisent pas: c’est pourquoi nous menons des actions directes." Actions qui, prévient le People Power Bloc, "s’intensifieront".