Une première livraison de dix tablettes a été effectuée ce mercredi à l'hôpital Erasme. Prochain objectif : les maisons de repos

Afin de permettre aux personnes malades de rompre la solitude, un groupe d’amis constitué en ASBL s’occupe de récolter des tablettes au sein de la population afin de les distribuer vers les hôpitaux bruxellois. C’est ainsi qu’une première commande de dix tablettes a été livrée ce mercredi au profit des patients de l’hôpital Erasme.

"Un de nos amis a été touché plus personnellement car la soeur de sa grand-mère est décédée des suites du covid-19. Pendant quatre semaines, elle a été coupée de tous contacts avec ses proches. C’est sur base de ce triste constat que nous avons voulu lancer un projet visant à rapprocher les patients de leur entourage via le recours aux tablettes", explique Hélène Pochet, membre de l’opération LinkUp. "L’objectif est donc de reconnecter les personnes via les outils numériques. Les patients dans les hôpitaux sont coupés du monde et pour certains, c’est compliqué d’utiliser la technologie. Raison pour laquelle nous fournissons également un appui technique"

Concrètement, les personnes qui disposent de tablettes peuvent le faire savoir sur le site internet operationlinkup.be. Un membre de l’association viendra alors récupérer la tablette pour la déposer dans un atelier situé à Watermael-Boitsfort.

© Benjamin Rifon

"Nous travaillons avec un nombre restreint de bénévoles afin d’éviter d’exposer trop de gens au virus. Une fois stockées dans l’atelier, les tablettes sont désinfectées, réinitialisées et configurées en vue d’être livrées aux hôpitaux. On les met à jour, on installe les principales applications de vidéo conférence et on créé des noms d’utilisateurs pour qu’elles soient directement prêtes à l’emploi", ajoute Hélène Pochet. "Précisons toutefois que les tablettes datant d’avant 2014 seront recalées car elles ne permettent pas l’installation de programmes récents de vidéoconférence."

Une première livraison a été effectuée à l’hôpital Erasme et d’autres centres hospitaliers seront bientôt fournis en tablettes également. Une collaboration a d’ores et déjà été conclue avec les hôpitaux Iris-Sud.

© Benjamin Rifon

"Actuellement, nous nous concentrons exclusivement sur la capitale et on est en train d’évaluer la possibilité de fournir également les maisons de repos où la demande est importante", ajoute encore Hélène Pochet.

Le projet se poursuivra durant toute la période de confinement. "Si la demande continue d'affluer, l'idéal serait de pérenniser ce projet après la pandémie", conclut Hélène Pochet.