Des choux pour redorer l’image de la capitale

Bruxelles

A. F.

Publié le - Mis à jour le

Des choux pour redorer l’image de la capitale
© D.R.
Les Bruxellois fiers de leur Région sont amenés via la campagne Sprout to be Brussels à apposer un autocollant d’un chou.

Vous en avez peut-être aperçu ces derniers jours dans les rues de la capitale : des autocollants d’un chou de Bruxelles se multiplient un peu partout dans l’espace public. L’initiative émane d’un groupe de Bruxellois, amoureux de leur ville et qui se mobilisent pour améliorer l’image renvoyée par la capitale au reste du monde. De là est né le mouvement Sprout to be Brussels (faisant référence à l’anglais to be proud, "être fier", NdlR) et l’ambition de rassembler le plus grand nombre d’acteurs bruxellois autour de cette initiative afin de renforcer l’image de la capitale.

"Le but est de montrer au monde extérieur les richesses de Bruxelles dont chacun, à sa manière, peut être fier", explique un porte-parole de la communauté. "Les divers acteurs bruxellois - entre autres des hôtels, restaurants et commerces - sont invités à montrer et à partager leur fierté pour la capitale. Ils sont les plus touchés par le décalage entre l’image actuelle de Bruxelles et celle qu’ils vivent au jour le jour."

Pour manifester son soutien à cette communauté grandissante, rien de plus facile ! Il suffit d’apposer un autocollant de choux sur l’espace public pour "créer un sentiment d’unité et à nouveau donner envie aux gens de venir dans la capitale après les récents événements."

En seulement deux jours, l’initiative rencontre un joli succès et un nombre croissant de Bruxellois partagent leurs photos sur les réseaux sociaux via le hasthag #Sprouttobebrussels. "Chacun est invité à se joindre au mouvement et est libre d’exprimer et de partager la raison pour laquelle il est Sprout to be Brussels afin d’améliorer, tous ensemble, l’image de Bruxelles", ajoute le porte-parole.

De nouveaux stickers seront prochainement imprimés afin d’envahir la capitale de ces autocollants originaux, à l’image de notre pays. "Le problème actuellement est qu’on a un stock limité d’autocollants car la demande est énorme", précise un porte-parole sur la page Facebook de l’événement.

Si le porte-parole de cette campagne reste volontairement vague concernant le développement et la finalité de cette campagne, Florence Muls, porte-parole de Brussels Airport, affirme être au courant de cette initiative citoyenne. "Cette campagne a notamment été lancée par Just, une entreprise qui a collaboré avec nous au niveau des médias sociaux pour faire face au nombre énorme de questions posées par les voyageurs."

Les initiateurs de cette campagne donneront prochainement davantage d’informations sur le développement de cette initiative. Depuis les attentats, d’autres campagnes ont vu le jour (voir ci-dessous), parmi lesquelles la création de la page Facebook Only in Brussels, qui vise à mettre en lumière les atouts de la capitale à travers des photos prises par les Bruxellois et les touristes.

"Une augmentation de la fréquentation des hôtels"

Jusqu’à dimanche inclus, une réduction de 50 % est offerte à toutes les personnes qui se rendent au check-in de leur hôtel en tenue de pyjama. Une action qui vise à faire revenir les clients dans les hôtels, désertés depuis les attentats du 22 mars. "Plus de 65 hôtels toutes catégories confondues participent. Ce projet est apprécié auprès de la clientèle, avec beaucoup de photos postées sur les réseaux sociaux depuis ce jeudi", explique Rodolphe Van Weyenbergh, Secrétaire Général de la Brussels Hotel Association (BHA). "Cette campagne a également été relayée à l’étranger et nous avons des clients provenant d’un peu partout qui viennent en pyjama. C’est sympathique et tout le monde avait besoin de ça pour le moment. On constate une augmentation de la fréquentation des hôtels, et on pourra évaluer dimanche l’impact qu’ont eu ces Pyjama’s Nights." Il vous reste jusqu’au dimanche 8 inclus pour profiter de cette offre avantageuse !

"Dining for Brussels ? Une initiative amusante, mais pas suffisante"

Depuis le 27 avril, les clients qui vont au restaurant sont invités à prendre une photo de leur assiette vide avec les couverts posés en signe de paix, avant de la publier sur les réseaux sociaux avec le hashtag #Diningforbrussels. Cette initiative prise par les journaux De Tijd et L’Echo est jugée "amusante" par Yvan Roque, le président de la fédération Horeca. "Toute initiative est bonne à prendre. Celle-ci est très sympathique et j’y ai d’ailleurs participé, mais ce n’est pas suffisant pour faire revenir les clients étrangers. Je constate que beaucoup d’initiatives fleurissent un peu partout, et avec le retour du soleil, on espère que le chiffre d’affaires des établissements Horeca va aller mieux avec les beaux jours."


Vos articles régions

Newsletter DH Actu

Notre sélection d'annonces

Fil info