La ville de Bruxelles souhaite connecter le nord et le sud de son territoire, baptisé les Coteaux du Pentagone. Pour ce faire, elle a chargé le bureau d'étude Bas Smets d'élaborer un projet. Concrètement, il s'agit de relier le boulevard Pacheco, le long de la Gare centrale jusqu’au Sablon, ainsi que les zones adjacentes. "L'objectif est de repenser complètement l'espace public autour de cet axe en créant plus de connexions entre le haut et le bas de la Ville", explique l'échevine bruxelloise de l'Urbanisme Ans Persoons (one.brussels).

La ligne de chemin de fer Nord-Sud structurant aujourd’hui le Pentagone hérite d’un historique lourd qui a profondément marqué notre ville. Malgré de vives protestations, sa construction a commencé au début des années 1900 et a mené à la destruction d’une grande partie des remparts médiévaux bruxellois et à la division de plusieurs quartiers. Les conséquences de cette intervention se font encore sentir spatialement et sont amplifiées par les hauts dénivelés flanqués à la liaison ferroviaire.

© BAS SMETS

Par ailleurs, d’imposants bâtiments administratifs de l'État belge avaient par la suite vu le jour le long des voies ferrées dans des quartiers monofonctionnels taillés pour la circulation automobile. Aujourd'hui, c'est ces zones sont en plein développement, mais l'espace public manque d'une identité et d'une occupation claires.

Un master plan en trois phases

La première phase du plan conçu par le bureau d'étude consiste en une analyse et un diagnostic de la situation existante en termes d’espace public et de mobilité. En même temps, différentes usages temporaires de l’espace public seront testés. La deuxième phase du plan se concentre sur le développement d'une vision globale sous la forme d'un plan de qualité paysagère et urbanistique qui fixera les règles des futurs projets dans la zone. 

Enfin, la troisième phase, des prescriptions spécifiques à chaque type d’espace du périmètre seront formulées. Les prescriptions paysagères porteront sur des principes d’aménagement et sur le choix des matériaux. Les prescriptions programmatiques donneront des indications relatives aux activités et fonctions (temporaires et permanentes). Les prescriptions techniques comprennent les plantations et les règlements environnementaux. L'objectif est que ces prescriptions traduisent une vision stratégique et un programme d’exigences de qualités concrètes auxquels devront répondre les futurs projets du périmètre.

© BAS SMETS

Beaucoup de zones minérales sont concentrées sur les coteaux du Pentagone, aujourd'hui dominés par les flux du trafic automobile. Le bureau d'étude propose une transformation de ce désert de béton en écosystème habitable à travers le développement de forêts urbaines.

"L’eau pluviale qui s’écoule le long des coteaux peut être collectée intelligemment et être dirigée vers des zones plus vertes plutôt que vers le bas de la Ville. Ainsi, le bureau veut contrecarrer l'effet des îlots de chaleur urbains en aménageant des zones de refroidissement naturel", explique encore la Ville de Bruxelles. Le bureau propose par ailleurs un réaménagement concret de deux espaces publics : l'espace public autour de la Gare Centrale (entre les rues du Marché au Bois, Montagne du Parc, des Douze Apôtres et Ravenstein) et de la place Albertine.

Les illustrations doivent publiées dans cet article doivent encore être testées et retravaillées.