Un habitant de la Région de Bruxelles-Capitale sur trois a la nationalité d'un autre pays, mais les Bruxellois internationaux ne peuvent pas voter aux élections régionales.


La plateforme "Brussels Voice", lancée par le commissaire à l'Europe de la Région bruxelloise, Alain Hutchinson, des organisations internationales et le secrétaire d'État bruxellois aux relations européennes et internationales, Pascal Smet, vise à leur donner la parole.

Grâce au projet "Live here. Speak, hear", plus de 1.300 Bruxellois internationaux ont élaboré dans ce contexte un Manifeste contenant 22 propositions politiques pour améliorer Bruxelles. Ce document a été présenté jeudi aux députés bruxellois.

Le Manifeste aborde le droit de vote pour les internationaux aux élections régionales mais aussi le coût du logement, en passant par la sécurité dans l'espace public et l'accessibilité des services publics. .

Autre demande: la création d'une assemblée consultative régionale, composée de Belges et de non-Belges tirés au sort parmi tous les habitants de Bruxelles. Celle-ci aurait un rôle consultatif officiel dans l'élaboration de la politique régionale.

"Les habitants internationaux de Bruxelles comptent. Ils sont un élément essentiel de notre société et ne sont pas assez entendus. Leur donner la parole est un premier pas vers leur valorisation",
a déclaré Pascal Smet (one.brussels-Vooruit) jeudi lors de la présentation du manifeste.