Deux mois de travaux sont envisagés sur le terrain des gens du voyage

HAREN C’est le seul site destiné aux gens du voyage de la Région bruxelloise. Pourtant, une résolution a été votée en 2004 par le parlement régional, prévoyant la création de ces terrains. Mais voilà, des intentions aux actes, il y a de la marge, dans ce dossier… Seule la Ville de Bruxelles semble avoir pris ses responsabilités en inaugurant en octobre 2011 celui de la rue Grenouillette (Haren). Oui mais voilà, après dix mois, il est déjà fermé pour… travaux !

Au cabinet de l’échevin compétent, Ahmed El Ktibi (PS), on refuse de parler d’échec et on dément tout “gaspillage d’argent public”. “On a identifié des rénovations et des compléments d’équipements qui devaient être faits. C’est un investissement (25.000 €, NDLR) qui répond à une bonne gestion de l’ordre public et un accueil digne d’une population marginalisée”, nous indique Safet Kryemadhi, chef de cabinet adjoint.

Dans ces travaux, pointons l’aménagement des abords, l’éclairage des chemins vers les sanitaires et le pavage de la sortie des toilettes, l’installation de jeux pour enfants ou encore le nettoyage des zones vertes communes par un homme à tout faire qui sera engagé notamment pour cette tâche.

Une dernière disposition qui répond à une demande de la population. “Des riverains ont trouvé des déjections humaines, sur le sentier utilisé pour aller vers l’école des étoiles. Du coup, pas mal de gens ont interpellé l’échevin”, indique Laurent Moulin, du comité de quartier. Qui précise toutefois qu’il n’y a pas eu d’incident entre les riverains et les gens du voyage.

Ces derniers sont issus d’Angleterre, d’Allemagne, de Belgique et de l’Est de la France. Parfois pas toujours issus des mêmes familles. “Ça a parfois posé problème. C’est un système clanique. Grâce à l’enregistrement à l’entrée, on a pu identifier les fauteurs de trouble. Et on leur a interdit l’accès”, indique Safet Kryemadhi. Un médiateur sera aussi désigné et une personne présente en permanence pour s’assurer que tout aille bien. “Le règlement sera aussi renforcé. On sera beaucoup plus strict pour les amendes à payer en cas d’infraction des règles.”

“S’il y avait plus de terrains, on n’en serait pas là. Haren est, en quelque sorte, victime de son succès. Mais les communes ne bougeront pas tant qu’elles n’en auront pas l’obligation”, affirme Manuel Charpentier, du comité national des Gens du voyage. Un attentisme pointé du doigt par l’Europe…



© La Dernière Heure 2012