L'année écoulée peut être considérée comme "globalement positive", estime Arts&Publics. Des retours des participants, on observe que l'action touche les publics étudiants, les jeunes, des publics traditionnellement plutôt éloignés des musées, ce qui est justement le but de cette action, précise l'attaché de presse de l'ASBL, Michael François. Environ la moitié des musées qui offrent ce premier dimanche du mois gratuit sont obligés de le faire (par conventions avec les autorités publiques), l'autre moitié le fait volontairement.
 
L'obligation, le cas échéant, ne vaut que pour les collections permanentes, mais petit à petit "cela change", et certains ouvrent aussi la gratuité aux expositions temporaires, ajoute l'attaché de presse.
Une bonne nouvelle à quelques jours de la nouvelle année: les participants sont tous maintenus, il y aura donc de nouveau 153 musées impliqués en 2022. Et l'action des "dimanches + que gratuits", lancée en seconde moitié de 2021, va être développée et approfondie. Lors de ces dimanches "+ que gratuits", des activités, visites guidées, expériences, actions de médiation culturelle s'ajoutent à la gratuité, à destination de "jeunes publics précarisés".
 
"Si la gratuité et sa promotion permettent d'abolir la barrière psychologique et financière, il faut plus pour changer le 'non-public' en public. La médiation culturelle est l'outil à développer ", souligne Jacques Remacle via communiqué.
 
Chaque mois, un ou plusieurs musées à travers le pays offrira un tel "dimanche + que gratuit", à commencer par La Boverie à Liège. Le musée proposera le 2 janvier un atelier de création de portraits expressionnistes pour les enfants dès 4 ans accompagnés d'un adulte. En février, ce seront cette fois trois lieux bruxellois qui organiseront un dimanche "+ que gratuit": la Maison Erasme (Anderlecht), le musée Art et marges (Bruxelles-Ville) et le MoMuse (musée communal de Molebeek-St-Jean).