Le projet a vu le jour à l'initiative du barreau de Bruxelles, avec le soutien de l'Institut des droits de l'homme de ce barreau, d'Amnesty International et de la plateforme citoyenne PromoteUkraine. Tous les mardis et jeudis, des permanences juridiques se tiendront dans un des locaux du barreau, place Jean Jacobs, à côté du palais de justice de Bruxelles. Des avocats, belges et ukrainiens, y recueilleront les dépositions de personnes qui ont été victimes directement ou indirectement des crimes commis en Ukraine, ou en ont été témoins.
 
"On peut les aider juridiquement à constituer des plaintes et à les mettre sur la table des juridictions internationales comme nationales", a expliqué Me Georges-Henri Beauthier. "C'est le barreau qui rétribuera les avocats ukrainiens et belges, pour que ce soit un service sérieux et qu'il n'y ait pas d'escrocs qui essaient de soutirer de l'argent à des réfugiés en leur donnant des renseignements inexacts."

Les dépositions et les témoignages récoltés serviront donc à soutenir les enquêtes et les poursuites pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité devant la Cour pénale internationale, et éventuellement devant de la Cour pénale spéciale qui pourrait être créée dans un avenir proche.

"Un dossier peut aussi être ouvert par le parquet fédéral belge, sur base de la loi sur la compétence universelle", a précisé Me Beauthier. "Un procès pourrait être organisé en Belgique si la plainte émane de gens établis en Belgique depuis au moins trois ans et dont un membre de la famille a été tué lors de la guerre en Ukraine, ou bien si elle émane de victimes réfugiées en Belgique ou encore de Belgo-ukrainiens".

Les personnes concernées peuvent prendre contact avec le Centre via l'adresse ukraine@barreaudebruxelles.be ou par téléphone au 02/329.10.50. Elles peuvent aussi se rendre directement à la permanence, qui aura lieu tous les mardis et jeudis de 10h00 à 14h00, au numéro 17 de la place Jean Jacobs à Bruxelles.