Équipés seulement d'un revolver, d'une lampe tempête et de quelques tenailles, trois jeunes résistants, Youra Livschitz (25 ans), Jean Franklemon (25 ans) et Robert Maistriau (22 ans) avaient contraint le train du 20e convoi qui transportait 1.631 juifs de la Caserne Dossin à Malines vers Auschwitz à s'arrêter, près de Boortmeerbeek.

Ils réussirent à libérer 17 femmes et hommes d'un wagon, avant que l'escorte allemande ne riposte et les pousse à la fuite.Plus loin sur le trajet, d'autres personnes ont pu fuir, grâce à des outils volés, emportés clandestinement. Au total, ils sont 236 à s'être enfuis, dont 120 recouvrirent définitivement la liberté.

L'idée d'arrêter un convoi de déportation avait été rejetée par le Front de l'Indépendance, en regard du risque. Youra Livschitz décida de conduire lui-même le projet à bien, notamment en recrutant des participants.

Une stèle commémorative de cet acte de résistance a été inaugurée en 1993 à Boortmeerbeek. En 2005, Robert Maistriau a reçu le titre de Docteur honoris causa de l'ULB. En 2008, il a été fait citoyen d'honneur de Woluwe-Saint-Lambert. Le 21 septembre dernier, le parlement bruxellois a adopté une résolution relative à la nécessité d'ériger un monument à la mémoire de ces trois résistants. Les citoyens signataires de la demande d'interpellation souhaitent notamment que la commune d'Uccle participe activement à perpétuer le nom et le souvenir de l'un de ses plus illustres enfants, Youra Livschitz, seul des trois participants qui le payera de sa vie.

Selon les interpellants, de toute l'Europe, il s'agit du seul et unique convoi de déportation qui ait fait l'objet d'une action de l'extérieur en vue d'en libérer une partie au moins des déportés.
Les 29 signataires invitent le collège et le conseil communal d'Uccle notamment à faire apposer au 247 avenue Brugmann, dernier domicile librement choisi par Youra Livschitz, une plaque commémorative mettant à l'honneur son haut fait de résistance; et à octroyer, à titre posthume, à Youra Livschitz, Jean Franklemon et Robert Maistriau le titre de citoyen d'honneur de la commune.

Ils souhaitent aussi que le collège ucclois demande à la Fédération Wallonie-Bruxelles, pouvoir organisateur de l'Athénée Uccle I, d'adosser au nom de l'établissement celui de son illustre ancien élève ("Athénée Uccle I - Youra Livschitz").

Autre demande: que la commune d'Uccle se porte candidate auprès de la Région bruxelloise, dans le cadre de la résolution du parlement bruxellois afin d'accueillir sur son territoire le monument à ériger en l'honneur des trois résistants; et prenne l'initiative de développer un espace muséal didactique évoquant, à partir de l'attaque du XXe convoi, l'histoire de la déportation et de la résistance en Belgique, en partenariat et avec le soutien des autorités politiques (la Région bruxelloise, l'Etat fédéral, les Communautés) et institutions scientifiques compétentes (le Ceges, "Kazerne Dossin", le Musée Juif de Belgique, etc.).

Enfin, il est question dans la demande d'interpellation de solliciter la Ville de Bruxelles afin que trois chemins traversant le Bois de la Cambre d'Uccle vers le campus du Solbosch de l'ULB prennent le nom des trois auteurs de l'attaque du XXe convoi, afin de symboliquement marquer le lien qu'ils entretenaient avec l'ULB.