Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné jeudi deux inspecteurs de la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles pour l'interpellation brutale d'un jeune homme en février 2018. Selon le jugement, les agents avaient également rédigé un procès-verbal mensonger après les faits, expliquant que la victime s'était comportée de manière agressive. 

"Les faits montrent un manque de respect pour l'intégrité du suspect et ne peuvent être tolérés", indique le tribunal. Le jeune homme avait été interpellé en février 2018 pour un vol avec violence. Sur les images de vidéosurveillance du commissariat, on voit une inspectrice le réveiller dans sa cellule et tirer son matelas sur le sol. On la voit également le pousser en l'emmenant vers le local où sont relevées les empreintes digitales. Une fois dans ce local, le deuxième inspecteur pousse aussi à plusieurs reprises le jeune homme et le frappe, tandis que l'inspectrice lui assène une gifle.

Selon le tribunal, il n'y avait aucune raison pour que les policiers agissent de cette manière. "La victime ne fait aucun mouvement qui pourrait être considéré comme une agression physique", souligne le verdict. "Il n'est pas non plus question de bousculade ou de crachat sur les policiers impliqués. L'homme a coopéré à la prise d'empreintes digitales et n'a à aucun moment été une menace réelle pour l'inspecteur de police ou ses collègues."

La policière a écopé de 12 mois de prison avec sursis probatoire, tandis que son collègue a été condamné à une peine de probation autonome.