Bruxelles

Les contrôleurs de taxis ont procédé lundi après-midi à Ixelles à la saisie de deux voitures qui participaient au service de co-voiturage urbain Uber.

La ministre bruxelloise en charge des Transports, Brigitte Grouwels (CD&V), avait clairement prévenu que les particuliers roulant pour Uber s'exposaient à de tels risques.

En effet, le transport de personnes rémunéré est soumis à des règles très strictes en Région bruxelloise. "Les voitures et les conducteurs Uber ne répondent pas aux normes et exigences, il s'agit donc d'un service illégal", avait-elle déclaré.

Le cabinet de la ministre indique également que la direction des taxis a envoyé une mise en demeure à la société américaine pour lui demander de cesser immédiatement ses activités. "Nous regrettons qu'il n'y ait pas eu de dialogue. Uber a lancé son service sans rentrer de dossier et sans autorisation… C'est dommage car nous sommes ouverts aux nouvelles iniatiatives qui peuvent améliorer la mobilité dans la capitale."

On ne sait pas encore quand les particuliers dont la voiture a été saisie pourront récupérer leur bien. "Nous n'avons aucune prise là-dessus. Cela dépend du parquet et apparemment cela peut prendre un certain temps", commente le cabinet de la ministre Grouwels.