Cet aspirant commissaire a sauvé la vie d'un bébé de trois semaines qui ne parvenait plus à respirer.

Dries, 33 ans, n'est pas près d'oublier son stage au sein de la police bruxelloise. L'homme a fait preuve d'un sang-froid exemplaire en sauvant la vie d'un bébé de trois semaines qui avait des difficultés respiratoires.

Retour sur les faits : le mardi 29 octobre, il est environ 13h30 lorsqu'un monsieur arrive, totalement paniqué, à l'accueil du commissariat de Neder-over-Heembeek . "Il était dans tous ses états. Son bébé ne respirait plus et il fallait agir en urgence", relate Dries.

Les deux véhicules d'intervention étaient trop loin géographiquement que pour pouvoir intervenir dans les plus brefs délais. Dries, qui était en train de rédiger des procès-verbaux dans un local du commissariat, a reçu un coup de fil de l'accueil pour l'informer de la situation. Ni une ni deux, l'aspirant commissaire arrête tout ce qu'il avait à faire et fonce vers l'habitation, accompagné d'un collègue. "Dans ce genre de situation, il faut agir immédiatement car chaque seconde compte", explique Dries.

La structure des bâtiments était complexe, Dries est alors passé par la fenêtre située au rez-de-chaussée pour accéder directement à l'habitation. Il s'est alors retrouvé face à la famille - le papa, la maman et un autre enfant - totalement désemparée. "Le papa tenait son enfant dans les bras qui ne respirait plus. Il faut dans ces cas-là faire preuve de beaucoup de sang-froid ! Je l'ai alors pris et couché sur la table pour effectuer la réanimation. Au bout d'un certain moment, le petit s'est mis à crier, ce qui était bon signe", explique Dries, qui a auparavant été ambulancier volontaire chez les pompiers d'Asse où il a acquis les bases des premiers secours. "Une minute de plus lui aurait été fatale."

C'est à ce moment-là qu'une équipe du Smur (service mobile d'urgence et de réanimation) de l'hôpital Militaire est arrivée sur les lieux, après avoir été aiguillée à travers les bâtiments par une équipe de la police. "Le docteur a repris la situation en main. La famille était totalement sous le choc. Imaginez-vous, ils ont vu tout d'un coup dix personnes débarquer dans leur living pour sauver la vie de leur enfant. Ils étaient totalement perdus, et extrêmement reconnaissant qu'on ait pu lui sauver la vie", se remémore Dries.

Il tient aujourd'hui à saluer la bonne collaboration en interne. "J'ai eu la réaction appropriée mais il convient de saluer la réaction du responsable de l'accueil qui nous a immédiatement avertis de la situation", conclut Dries.

© DR