Bruxelles

Les parents craignent que les professeurs détachés n'aient pas le niveau nécessaire pour enseigner en français ou en anglais.

25 professeurs chargés de cours menacés de licenciement au profit d'une trentaine de professeurs détachés par des Etats membres de l'Europe. La nouvelle en a choqué plus d'un à l'Ecole européenne IV de Laeken. En signe de protestation et de soutien à leur professeurs actuels engagés localement, les élèves du secondaire ont fait grève ce mardi. Ils étaient 200 environ à se réunir sous le préau de la cour plutôt que d'aller en classe.

Mais les élèves ne sont pas les seuls à condamner cette décision. L'association des parents d'élèves la dénonce également, via une lettre ouverte qu'elle a envoyée aux inspecteurs nationaux et aux représentants des Etats membres au Conseil supérieur des écoles européennes. Des syndicats de la Commission euopéenne ont par ailleur adressé une lettre similaire à Günther Oettinger, le commissaire européen en charge des écoles européennes.

Les parents reprochent notamment à l'école de licencier des professeurs qu'ils jugent compétents pour d'autres qui ne le seraient pas. "Privilégier des professeurs détachés donc la langue maternelle n'est pas le français pour enseigner en français n'a aucun sens, surtout quand on sait que les professeurs dont la langue maternelle est le français ne sont pas rares à Bruxelles."

Tenant à ce que le niveau d'éducation dans la langue maternelle des élèves reste aussi élevé que possible, ils développent la même remarque concernant les cours dispensés en anglais. "L'introduction de règles obligeant à vérifier le niveau de compétences linguistiques lors du recrutement de professeurs, détachés ou chargés de cours, dont ce n'est pas la langue maternelle est une nécessité." Ils regrettent ainsi la pratique de plus en plus commune qui consiste à employer des professeurs dont la langue d'enseignement n'est pas la langue maternelle, y compris lorsque des professeurs dont c'est la langue maternelle sont disponibles.

L'association des parents d'élèves recommande l'implantation d'un plan d'action en deux phases. La première vise à rendre les procédures de sélection des professeurs plus transparentes et cohérentes. "Il faut s'assurer que les professeurs disposent des diplômes et des compétences linguistiques nécessaires pour enseigner la matière. Cela comprend notamment un vocabulaire pointu dans le domaine enseigné." La phase 2 entend harmoniser ces procédures de sélection d'un Etat membre à l'autre. Elle vise ainsi l'adoption d'une méthodologie commune dans les diverses écoles européennes du continent.