Le MR et Thierry Balsat dénoncent des fraudes dans des procurations non justifiées validées par les présidents de bureaux.

Les candidats aux élections communales de Saint-Josse-ten-Noode Thierry Balsat (liste communale) et Kadir Duran (MR) vont déposer plainte contre le scrutin communal de dimanche dernier. En cause ? Tous deux soupçonnent des fraudes aux fausses procurations. Deux plaintes seront déposées : l’une auprès du parquet de Bruxelles, l’autre devant le conseil juridictionnel pour “fraude et tentative de fraude ainsi que faux et usage de faux dans le chef d’un échevin”.

“Déjà, nous avons en notre possession des procès-verbaux prouvant qu’un échevin a tenté de voter deux fois par procuration. Il s’agit de Kadir Özkanakci, l’échevin des Sports. Sans la vigilance de certains assesseurs, ce candidat de la Liste du bourgmestre réussissait à faire passer deux procurations”, accuse Thierry Balsat.

Selon les procès-verbaux relatant les incidents survenus lors du scrutin dans les douze bureaux de vote tennoodois, entre vingt et trente procurations illicites – non justifiées – ont été validées par divers présidents de bureaux. Ceci constitue une fraude manifeste. Pour être acceptée et validée, une procuration doit obligatoirement être justifiée puis signée par le bourgmestre et, enfin, présentée avec son justificatif au président du bureau de vote, seule personne à même de valider ou recaler la procuration. En cas de fraude, il s’agit d’un délit politique passible des assises, précise Thierry Balsat.

“Mais il y a pire ! Personne ne sait où se trouve le carton contenant les procurations et leurs justificatifs. Le juge de paix du canton de Saint-Josse l’a demandé à la tutelle régionale, qui assure ne pas savoir où il se trouve et déclare que ça n’est pas son problème ! Le secrétaire communal de Saint-Josse ne sait pas non plus où se trouvent ces procurations”, s’époumone Thierry Balsat, qui se demande qui a intérêt à jouer la montre de la sorte sachant que les recours contre le scrutin du 14 octobre dernier doivent être déposés endéans les 10 jours ouvrables, soit ce mercredi dernier délai. Dans la soirée, on apprenait que la caisse de procurations avait été retrouvée... totalement retournée.

“Notre but n’est pas de faire invalider les élections mais de contester la bonne marche de certains, voire de tous les bureaux de vote à Saint-Josse-ten-Noode. En 2012, il y avait eu entre 100 et 150 procurations. Ici, on en est à environ 500”, poursuit le candidat. “Et je suis certain qu’en réalité, il y en a beaucoup plus !”

Vers un recomptage des voix ?

Le collège juridictionnel de la Région bruxelloise devrait être amené à se pencher en fin de semaine sur le comptage des votes à Saint-Josse-ten-Noode, à la suite d’un décalage significatif apparu entre le nombre de votants effectifs d’un bureau de vote et celui qui a été enregistré au niveau informatique, a-t-on appris lundi. C’est le sort de l’équivalent d’un peu plus de 8,5 % des votes valables retenus jusqu’à présent qui pourrait être en jeu. Le collège d’experts informatiques chargé de remettre son rapport sur le déroulement du vote électronique lors du scrutin du 14 octobre dernier au Parlement bruxellois a abordé le problème, lundi, a-t-on appris à bonnes sources. Selon une de celles-ci, le problème potentiel concerne concrètement le bureau électoral aménagé dans une école située rue Saint-François, à l’arrière du Botanique. Il semble que seuls 58 votes aient été comptabilisés par le système informatique, alors que la clé USB dudit bureau de vote en contenait 885. Cela pourrait expliquer le décalage plutôt surprenant que l’on observe sur les sites officiels des élections entre le nombre de votes valables jusqu’ici comptabilisés sur l’ensemble de la commune (9.643) pour le scrutin du 14 octobre et celui, un peu plus élevé retenu à l’issue du scrutin de 2012 (9.674) dans une commune pourtant très concernée par le phénomène de l’explosion démographique dans la capitale. Le collège d’experts informatiques s’est penché sur le dossier lundi. Le collège juridictionnel de la Région bruxelloise devrait se pencher sur ce problème d’ici la fin de la semaine. Il y a du recomptage dans l’air.

Des incidents en veux-tu en voilà

D’après les procès-verbaux relatant les incidents de vote lors du scrutin communal du 14 octobre dernier, il s’en est passé quelques belles à Saint-Josse. Ces incidents sont notifiés par des témoins. Voici quelques exemples significatifs.

Au bureau de vote 1, “deux procurations ont été acceptées sans justificatif”, lit-on. Au bureau de vote 2, “un P.-V. a été dressé à l’encontre d’un assesseur qui influençait les votes des électeurs dans l’isoloir”. Au bureau de vote 5, le président était absent, il a été remplacé sur le pouce tandis que “sept procurations ont été validées sans justificatif”. Bureau de vote 6, “quelques électeurs n’ont pas retiré leur bulletin suffisamment vite et, par conséquent, ont reçu une nouvelle carte de vote. Par conséquent, ils ont voté deux fois.”

Mais encore : aux bureaux de vote 1, 2 et 3, “Madame X, sympathisante de Monsieur Kir, distribuait des tracts devant la porte principale”, tandis que “des témoins se sont plaints de ce que, dans les isoloirs, à plusieurs reprises, il y avait deux personnes en même temps sans que cela ne soit justifié par un problème de santé et, surtout, sans en avoir demandé la permission…”