Soit 685 conseillers communaux et 139 échevins. Ce nombre va augmenter après les élections, selon une étude de Brussels Studies.

La Région de Bruxelles-Capitale compte, pour le moment, 685 conseillers communaux et 139 échevins. Ce nombre élevé résulte simplement de l’application des règles de la Nouvelle Loi communale, qui sont utilisées aussi bien en Flandre et qu’en Wallonie, pour fixer le nombre de mandataires locaux. Des chiffres qui vont augmenter à l’avenir, comme l’indique la dernière étude en la matière réalisée par Brussels Studies.

Cinq communes ont eu, chaque fois, le même nombre de conseillers entre 2000 et 2012. Il s’agit de Saint-Gilles, Schaerbeek, Uccle, Watermael-Boitsfort et Woluwe-Saint-Pierre. Anderlecht et Molenbeek ont vu leur conseil s’agrandir de quatre membres. Toutes les autres ont eu deux conseillers de plus. Dans l’ensemble, le nombre de conseillers communaux a augmenté de 5 % sur la période. Toutes communes confondues, il y aurait, entre 2000 et 2025, 52 conseillers de plus, soit une augmentation de 8 pour cent.

La hausse du nombre de mandataires communaux concerne aussi les postes d’échevins. Entre 2000 et 2012, leur nombre a augmenté d’une unité dans sept collèges sur les 19. Le nombre total d’échevins de la Région a donc augmenté de 132 en 2000 à 139 en 2012, soit une hausse de 5 pour cent. La projection montre qu’à réglementation inchangée, il y aura deux échevins supplémentaires en 2018 et, à nouveau, trois échevins de plus en 2024. Dans l’ensemble, il y aurait, entre 2000 et 2024, douze échevins de plus. Il s’agirait d’une hausse de 9 pour cent. À ces chiffres, il faut donc encore ajouter les échevins surnuméraires néerlandophones.

Le nombre de mandataires communaux à Bruxelles s’explique notamment par le fait que les dix-neuf communes sont toutes relativement grandes, indiquent les auteurs de l’étude. Le nombre de conseillers au kilomètre carré est par exemple plus grand à Bruxelles (4,8) qu’en Wallonie et en Flandre (respectivement 0,31 et 0,55). La région bruxelloise compte, par contre, moins de conseillers pour 1.000 habitants que la Flandre et la Wallonie. Cette situation s’explique par le fait qu’il y a de nombreuses petites communes dans les deux autres régions du pays comparativement avec Bruxelles.