Bruxelles

Le bourgmestre Ecolo d'Ixelles garde malgré tout un œil attentif sur l'évolution de la situation suite à la désignation de Félix Tshisekedi à la tête du pays.

Souvenez-vous, en 2011, d'importantes émeutes avaient émaillé le quartier Matonge, à Ixelles, suite à la reconduction de Joseph Kabila à la tête de la République Démocratique du Congo (RDC).

Ce jeudi, c'est un des opposants de Joseph Kabila, Félix Tshisekedi (UDPS), qui a provisoirement été proclamé président. Un résultat d'ores et déjà remis en cause, notamment par les observateurs de l'Eglise catholique en RDC, qui constatent que "les résultats de l'élection présidentielle tels que publiés par la commission électorale indépendante ne correspondent pas aux données collectées par notre mission d'observation à partir des bureaux de vote et de dépouillement."

Ce résultat peut encore faire l'objet de recours devant la Cour constitutionnelle qui proclamera alors les résultats définitifs.

Mais pour l'heure, Christos Doulkeridis (Ecolo), bourgmestre d'Ixelles, se montre confiant. "Un processus démocratique a eu lieu en République Démocratique du Congo et nous prenons acte de la décision d'élire Félix Tshisekedi à la tête du pays. C'est clair qu'on a gardé un mauvais souvenir des événements survenus en 2011 lorsqu'il y a eu des débordements et de la casse, émanant notamment de ce que je qualifie de casseurs opportunistes qui se sont mêlés à l'action. Mais on ne constate rien de tel pour le moment et rien n'indique que l'on va vers cette direction", a-t-il confié. "Il y a une attitude tout à fait sereine et mature de la part de la diaspora congolaise à Ixelles."

Selon lui, aucun débordement n'est donc à craindre. "On reste attentif à l'évolution de la situation et nous sommes prêts à faire face à d'éventuels débordements si les choses ne se passent pas comme prévu", conclut le nouveau bourgmestre.