Ce mardi matin, dès l’ouverture, les cyclistes se succédaient à un rythme bien plus soutenu qu’à l’accoutumée au shop de Villo devant l’église Notre-Dame de la Chapelle ! La cause : les tant attendues batteries Villo viennent (enfin) d’arriver. Ces batteries externes et individuelles à charger à domicile peuvent être insérées sur le devant de certains villos... ce qui les transforme en vélos électriques ("e-villo").

Introduites en novembre 2019, les batteries des "e-villo" ont en effet été retirées de circulation en juin dernier. "Il y a eu un problème technique de sécurité", indique Jérôme Blanchevoye, de JC Decaux. Mesure avant tout de précaution, car aucun accident n’a été déploré à Bruxelles.

Il aura cependant fallu plus de temps que prévu pour récupérer de nouvelles batteries. "En septembre, on a reçu de nouvelles batteries, mais elles n’étaient toujours pas satisfaisantes. Mais désormais, elles sont bonnes."

Bruxelles n’est d’ailleurs pas l’unique métropole à avoir été impactée par ce retour de marchandise : Dublin et Lyon, deux villes où Villo opère également, ont été privées du système d’électrification.

En compensation, les abonnés de la formule "e-villo" vont recevoir une gratuité de six mois, "en guise de remerciement pour la patience". Les nouvelles batteries sont d’ailleurs plus performantes que les anciennes, avec une meilleure assistance, assure la firme. "Un cycle de charge complet offre une autonomie moyenne de 8 à 10 km", indique la notice. La batterie peut également servir de chargeur externe pour smartphone, lorsqu'elle n'est pas utilisée sur le Villo.

Distribution en phases

Les nouvelles batteries arrivent en différents lots, et la distribution se fait donc par phases. La priorité est donnée aux usagers qui ont rendu leur batterie défectueuse. Ensuite, les abonnés "e-villo" n’ayant pas rendu leur batterie. Enfin, "tout le monde". "D’ici deux mois, tous les intéressés devraient être satisfaits", nous indique le gérant.

Au total, la firme peut mettre sur le marché jusqu’à 20.000 batteries pour l’ensemble des trois villes.

Pour le gérant, cette formule électrique correspond surtout aux besoins des usagers réguliers effectuant des trajets longs. "Le système est bien moins cher, en comparaison aux autres services de micromobilité."

L'abonnement e-villo coûte 4€ par mois, et s'ajoute à l'abonnement "classique" (35,7€ par an, pour des trajets illimités). Une fois l'abonnement électrique souscrit, la batterie peut être cherchée gratuitement dans le shop Villo. Au total, 1.800 villos bénéficiant du port de batterie sont disponibles dans la région bruxelloise.