Bruxelles L'Institut bruxellois de statistiques et d'analyse (Ibsa) vient de publier les perspectives économiques bruxelloises pour les 5 ans à venir. Il prévoit également la création de 21 000 emplois sur la période.

L'Institut bruxellois de statistiques et d'analyse a dévoilé les perspectives économiques des trois régions à l'horizon 2024. Dans les grandes lignes, l'Ibsa prévoit "une croissance économique modérée dans les trois régions et des taux de chômage historiquement bas".

C'est à Bruxelles que la croissance du Produit intérieur brut (PIB) sera la plus faible, prévoit l'Ibsa : 0,9% par an max contre 1,4% en Flandre et 1,2% en Wallonie. En matière de création d'emplois, l'horizon s'annonce par contre plus clair pour les Bruxellois. "Entre 2018 et 2024, la croissance de la population active occupée - soit l'emploi au lieu de domicile - serait (...) nettement plus dynamique à Bruxelles (1,2% par an en moyenne) qu'en Flandre (0,8%) et en Wallonie (0,7%)."

L'Ibsa prédit encore un ralentissement de la croissance de la population active dans les trois régions, certes moindre à Bruxelles (0,4% par an sur la période 2018-2024). "Côté bruxellois, ce sont les impulsions démographiques qui continueraient de soutenir la croissance de l'offre de travail." Ce taux de 0,4% correspond à une création nette de 3 000 emplois en moyenne par an en Région bruxelloise ou 21 000 emplois cumulés sur la période 2018-2024.

Conséquence directe : une baisse continue du taux de chômage dans les trois régions et, surtout à Bruxelles où l'Ibsa prévoit qu'il "passerait de 16,5% en 2018 à 12,9% en 2024".