Les négociations avec Engie pour la prolongation de deux centrales nucléaires ne sont pas faciles, l'entreprise faisant tout son possible pour pouvoir encore construire une centrale au gaz à Vilvorde, selon Het Nieuwsblad, la Gazet van Antwerpen et Het Belang van Limburg.

Le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) et la ministre de l'Energie Tinne Van der Straeten (Groen) ont déjà eu plusieurs réunions avec le géant français de l'énergie, dont ils savaient déjà qu'il demanderait beaucoup plus afin de maintenir les deux dernières centrales nucléaires ouvertes plus longtemps.

Selon les journaux flamands, les discussions portent sur trois points: le calendrier, le prix et la centrale de Vilvorde, qu'Engie voulait, à l'origine, construire pour remplacer les centrales nucléaires. L'énergéticien demande maintenant des garanties du gouvernement pour la construction si des capacités supplémentaires sont nécessaires.

Le Fédéral n'a rien à dire sur le permis de Vilvorde et c'est la députation du Brabant flamand qui décidera à ce propos le 12 mai. Mais le gouvernement peut promettre à Engie qu'il fournira un soutien public pour l'usine de gaz supplémentaire une fois qu'elle sera autorisée, dans le cadre d'une nouvelle vente aux enchères.