Le parquet de Bruxelles a ouvert une enquête concernant la manifestation contre la justice de classe qui s'est tenue le 24 janvier dernier au Mont des Arts à Bruxelles, à la suite de laquelle des parents d'adolescents ont dénoncé la manière dont leurs enfants ont été arrêtés par la police.

"Nous pouvons vous informer que le parquet a reçu plusieurs plaintes et que les images des caméras ont été sauvegardées", a déclaré un porte-parole du parquet jeudi, confirmant l'ouverture d'une enquête.

La manifestation avait été lancée à l'initiative d'une vingtaine d'organisations, qui voulaient exprimer leur mécontentement face à toute une série d'incidents au cours desquels la police aurait abusé de son autorité et usé d'une violence disproportionnée. Les manifestants ont notamment soulevé des exemples tels que la mort des jeunes bruxellois Adil et Mehdi, celle d'Ibrahima Barrie, celle de la petite Mawda ou encore celle de Joseph Chovanec. 

La manifestation n'avait pas été autorisée mais la police a permis un court rassemblement avant d'inviter les personnes à s'en aller. Cependant, des incidents se sont produits et la police a arrêté un total de 245 personnes, dont 86 mineurs. Les jours suivants, divers témoignages ont circulé sur les réseaux sociaux et dans les médias affirmant que la police avait usé inutilement de violence, notamment à l'égard de personnes qui n'avaient pas participé à la manifestation. Le Comité P a reçu onze plaintes contre la police et un groupe de parents de plusieurs mineurs arrêtés a déposé plainte.